AccueilStory

Vidéo : Jesse Lingard se confie sur sa lutte contre la dépression

Publié le

par Abdallah Soidri

Instagram

L'attaquant de West Ham raconte comment la maladie a impacté sa famille et a failli mettre sa carrière entre parenthèses.

Jesse Lingard revit depuis qu'il a posé ses valises à West Ham — prêté par Manchester United — en janvier 2021. Avec 9 buts et 4 passes décisives en 10 rencontres, l'attaquant semble enfin épanoui chez les Hammers, après des derniers mois compliqués du côté de Manchester. Invité de l'émission Presenting sur Youtube, l'international anglais revient sur ces moments difficiles et évoque la dépression qui ronge sa famille depuis des années et qui a affecté sa santé mentale et sa carrière.

Durant son interview, Lingard raconte sans détour comment, en 2019, la maladie a commencé à peser sur sa vie de footballeur. "J’étais heureux d’être remplaçant. Je ne voulais pas jouer, mon esprit n'était pas là, confie-t-il. J’avais l’impression de ne plus être moi-même, je n’étais plus Jesse Lingard... Quand je jouais, j’avais l'impression que le jeu me passait sous le nez, je ne voulais pas être là."

Alors qu'il pense prendre un break, il trouve la force d'en parler à son club de l'époque, Manchester United, en leur racontant l'impact de la maladie dans sa famille, notamment chez sa mère : "Je leur ai dit ce que je traversais, ce que ma mère traversait, et ils sont toujours là pour m'aider. J'ai eu des médecins qui m'ont aidé, ils ont été géniaux. Et pendant le confinement, j'ai repris mes esprits."

L'histoire de sa mère qu'il évoque est fondamentale pour comprendre le poids de la dépression dans la famille Lingard, comme il le confie :

"Quand vous êtes jeune, et que voyez votre mère traverser ce genre de phases, vous ne comprenez pas toujours ce qu’elle vit, se rappelle-t-il. Elle disait souvent : ‘je suis déprimée, je suis déprimée’, mais moi, en tant qu'enfant, je ne savais pas ce que ça signifiait véritablement. Vous sortez, vous jouez au foot, vous vivez votre vie, pendant que votre mère reste au lit la majorité du temps, les rideaux fermés."

À voir aussi sur sports :