AccueilStory

Selon l’enquête interne menée chez Canal+, sept personnes auraient été victimes de Ménès

Publié le

par Nina Iseni

Photo by Eric Fougere/Corbis via Getty Images

La rédaction du site "Les Jours" dévoile que sept personnes auraient été victimes des agissements de l’ex-présentateur de CFC.

Tout commence suite aux accusations à l’encontre de Canal+ pour avoir censuré une séquence montrant deux agressions sexuelles de la part de Pierre Ménès dans le documentaire de Marie Portolano, Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste. C’était déjà la rédaction du site Les Jours qui avait été à l’origine de cette révélation. "Quatre minutes et 42 secondes censurées" où Pierre Ménès réagissait à deux scènes : l’une où il soulevait la jupe de Marie Portolano sur le plateau de Canal Football Club, l’autre où il embrassait de force Isabelle Moreau, sur ce même plateau, quelques années auparavant.

Tandis que EA Sports cessait presque dans la foulée sa collaboration avec l’ex-présentateur, il aura fallu attendre le mois de juillet pour que Canal+ prenne la décision de ne pas faire revenir Pierre Ménès sur ses plateaux. Ceci étant, avec une bonne compensation, "un accord financier scellant son départ de Canal+ [qui] s’élèverait à la somme faramineuse de 500 000 euros", toujours selon Les Jours

L’affaire avait d’ailleurs fini par se tasser, malgré une enquête interne en cours menée par Canal+ sur les agissements du présentateur. Interviewé le 24 septembre dernier par le site Pure Médias sur cette investigation, Pierre Ménès avait assuré que "cette enquête [n’avait] rien donné." Le site Les Jours révèle aujourd’hui que cette affirmation est fausse. 

En effet, selon ses informations, les résultats de cette enquête lancée en mars dernier révèlent que sur trente personnes auditionnées au sein de la chaîne, "sept personnes ont en effet déclaré avoir été victimes des agissements de Pierre Ménès au sein du service des sports de Canal+". Sept victimes "d’agissements sexistes ou de comportements inappropriés" mais également douze témoins des agissements de l’ex-présentateur. Toujours selon Les Jours, "l’inspectrice du travail [qui] a fait le signalement en juillet auprès de sa hiérarchie […] doit désormais saisir le procureur de la République." 

Contactés par les journalistes du site Les Jours, ni Canal+ ni Pierre Ménès n’ont accepté de réagir à ces nouvelles révélations. Tandis qu’un signalement a été effectué il y a maintenant presque trois mois, beaucoup se demandent désormais si la chaîne avait encore une fois l’intention de protéger son ex-présentateur. Affaire à suivre.

À voir aussi sur sports :