AccueilFoot

Qui est Rui Pinto, l'homme jugé pour être à l'origine des Football Leaks ?

Publié le

par Konbini Sports

LISBON, PORTUGAL – JANUARY 29: A demonstrator holds a red carnation and a photo of Rui Pinto outside the Lisbon Judicial Police Prison while demanding that the judicial authorities apply to Portuguese whistleblower Rui Pinto the 4th Directive Against Money Laundering and the Financing of Terrorism, approved by the European Parliament, which obliges member states to protect all those who report such crimes to the authorities, on January 29, 2020 in Lisbon, Portugal (Photo by Horacio Villalobos#Corbis/Corbis via Getty Images)

Ce "hacker" portugais comparaît devant la justice depuis vendredi.

Il est à l'origine des "Football Leaks", ces fuites d'informations qui ont jeté une lumière crue sur les dérives du foot-business : le "hacker" portugais Rui Pinto est jugé à partir de vendredi à Lisbonne pour divers délits informatiques et tentative d'extorsion.

Traqué par la justice portugaise jusqu'en Hongrie, où il vivait dans l'anonymat avant d'être extradé vers son pays en mars 2019, le pirate informatique de 31 ans a passé près d'un an en détention provisoire. Assigné ensuite à résidence, il a coopéré avec la justice portugaise en lui donnant les clés d'une masse de données chiffrées contenant des documents inédits en sa possession lors de son arrestation à Budapest.

Remis en liberté le mois dernier, il prendra place sur le banc des accusés alors qu'il bénéficie par ailleurs d'un programme de protection de témoin en échange de sa collaboration avec la justice dans d'autres affaires.

"J'espère être acquitté car je suis un lanceur d'alerte et j'ai agi de bonne foi", a affirmé Rui Pinto lors d'un entretien accordé au magazine allemand Der Spiegel, premier média auquel il a livré des documents des "Football Leaks", en 2016.

Il aurait obtenu ces informations en accédant illégalement aux systèmes informatiques d'une kyrielle de clubs de foot et d'intermédiaires : agents, avocats et fonds d'investissement.

Snowden parmi les témoins

Ces révélations, qui ont mis en lumière des mécanismes d'évasion fiscale, des soupçons de fraude et de corruption mettant en cause plusieurs joueurs vedettes et dirigeants de clubs, ont conduit à l'ouverture de procédures judiciaires en France, en Espagne, en Belgique, et en Suisse.

Parmi les nombreux dossiers qui lui sont imputables : les ennuis fiscaux de Cristiano Ronaldo liés à son passage au Real Madrid, l'affaire du fichage ethnique du PSG ou encore la tolérance accordée par l'UEFA aux entorses présumées au fair-play financier du PSG et de Manchester City.

En mars, la justice portugaise a elle aussi lancé une vaste opération visant les principaux clubs du pays et le puissant agent portugais Jorge Mendes, en raison de soupçons de fraude fiscale lors de transferts de joueurs.

En janvier, Rui Pinto avait révélé être également à l'origine des "Luanda Leaks", une enquête dénonçant l'origine frauduleuse de la fortune de la milliardaire angolaise Isabel dos Santos, fille de l'ancien président José Eduardo dos Santos.

Les représentants du "hacker", qui le décrivent dès la première heure comme "un grand lanceur d'alerte européen", feront appel à 45 témoins parmi lesquels figurent Edward Snowden, ancien employé du renseignement américain inculpé pour espionnage, ou l'ancienne juge financière française Eva Joly.

"Deuxième procès du siècle"

Au rythme de trois séances par semaine au long des prochains mois, le tribunal de Lisbonne se penchera sur les 90 chefs d'accusation retenus par le parquet, qui vont de la tentative d'extorsion au piratage informatique, de la violation de correspondance au vol de données.

Rui Pinto est notamment accusé d'avoir tenté en 2015 de faire chanter le patron du fonds d'investissements Doyen Sports, le Portugais Nélio Lucas, en lui réclamant entre 500.000 et un million d'euros pour cesser de publier des documents compromettants sur un site qu'il avait créé avant de remettre ses découvertes au consortium de journalistes d'investigation.

Nélio Lucas dirigeait Doyen Sports pour le compte d'une fratrie d'oligarques kazakho-turcs, dont les méthodes douteuses ont été mises au jour par les "Football Leaks".

"Après le procès d'Antoine Deltour, qui a été acquitté, c'est le deuxième procès de ce siècle d'un lanceur d'alerte exceptionnel", a dit à l'AFP la défense de Rui Pinto en faisant allusion au Français à l'origine de l'affaire d'optimisation fiscale LuxLeaks.

Au Portugal, le crime de tentative d'extorsion, le plus grave des chefs d'accusation retenus contre Pinto, est passible d'une peine comprise entre 2 ans et 5 mois, et 10 ans de prison.

AFP

À voir aussi sur sports :