Pourquoi Bielsa va faire de Jean-Kévin Augustin un Ballon d'or

JKA vient de poser ses valises à Leeds, où El Loco va en faire l'un des meilleurs joueurs au monde.

Jean-Kévin Augustin, ex-titi parisien, ex-joueur du RB Leipzig et de l’AS Monaco, se retrouve désormais dans le Yorkshire de l’Ouest, entre les briques rouges, la pluie et le vent. C’est à Leeds que l’avant-centre pose ses valises après avoir été de nouveau prêté par le club allemand et actuel leader de Bundesliga. Alors, d’accord, il va jouer en Championship, et vous vous dites que ce n’est probablement pas très sympa. Mais quand on rajoute Marcelo Bielsa dans l’équation… L’entraîneur préféré de ton entraîneur préféré pourrait bien faire de la magie avec le joueur français. Après tout, il a déjà fait des miracles, alors pourquoi ne pas offrir le ballon d’or à J-K Augustin ? Impossible n’est ni Bielsa ni français.

  • Leeds est le plus grand club du monde

Et on ne rigole pas. Dans le nord de l’Angleterre, le football fait légion (bon il y a aussi le rugby et le cricket, mais le ballon rond triomphe toujours). Avec son public de folie, Elland Road fait rêver les amoureux de football et, grâce à son passé incroyable, le Leeds United s’installe tout là-haut. Au diable les clubs de Manchester et de Liverpool : le géant du Nord, c’est bien Leeds. Et depuis que Marcelo Bielsa dirige le club anglais, c’est d’autant plus vrai. Chaque week-end, beaucoup se pressent pour les regarder jouer. Après avoir loupé de justesse la promotion la saison dernière, le LUFC semble plus proche que jamais d’y parvenir. Dans un tel contexte, comment le joueur français peut-il ne pas réussir ?

Publicité

  • Bielsa et les miracles, c’est une grande histoire

Les Marseillais s’en souviennent bien, les supporters de l’Athletic Bilbao et du Chili aussi. On le sait tous, Marcelo Bielsa a la capacité de transformer ce qu’il touche en or, quand les choses fonctionnent, quand les étoiles s’alignent… Et la rencontre entre le génie argentin et l’attaquant français va tout changer pour le second. Comme pour Gignac qui a eu une seconde carrière après avoir croisé la route de l’entraîneur, J-K Augustin va se transformer en une machine de guerre. Impossible de l’arrêter. L’avant-centre français est en route pour réécrire l’histoire et exploser des records. Finalement, il avait juste besoin de trouver son mentor pour exploser au grand jour, voilà tout. 

  • Il va offrir la montée en Premier League à Leeds

Imaginez le 2 mai, date à laquelle la dernière journée de Championship se joue, juste avant les play-off. Match face à Charlton Athletic, dans un Elland Road plein à craquer. Si Leeds United gagne, le club fait son grand retour en Premier League. Alors que J-K Augustin aligne déjà les pions depuis son arrivée en janvier depuis Monaco, il n’en faut qu’un de plus et une victoire, pour que son équipe soit promue. Face à une frêle équipe de Charlton, c’est bien lui qui va faire vibrer tout le stade de Leeds. Le club qui a brillé il y a plusieurs années retrouve enfin ses lettres de noblesse et l’ex-titi parisien n’est pas anodin dans cet accomplissement. L’Europe est prête à se l’arracher après ce prêt plus que concluant.

Publicité

  • Il va offrir l’Euro à la France ensuite

Jean-Kévin Augustin est en feu et Didier Deschamps l’aura bien vu. Difficile de passer à côté d’une telle histoire, aussi. Voilà qu’après ces six mois de folie à Leeds, à retourner la Championship, à défrayer la chronique sportive dans la Perfide Albion, qui d’autre pour offrir l’Euro et donc le doublé à l’équipe de France ? Personne. Le voilà sur la pelouse de Wembley, en ce beau mois de juillet, toujours à martyriser les Anglais dans cette finale de l’Euro 2020. Ni John Stones ni Jordan Pickford ne peuvent l’arrêter. Sous le regard ébloui de Deschamps, qui affiche son plus beau sourire, lui aussi éblouissant de ce choix marquant d’appeler l’attaquant, la France triomphe. Et Jean-Kévin Augustin est en route pour le Ballon d’or. La planète football se l’arrache et Monaco, Leipzig et le PSG se mordent les doigts de l’avoir laissé partir. Quelle erreur…

Par cgallot, publié le 31/01/2020

Pour vous :