AccueilFoot

Pepe, Ronaldo, Ibrahimovic… : les papys du foot font de la résistance

Publié le

par Tidiany M'Bo

© Instagram

Poussées dehors par la génération montante, les anciennes gloires montrent que leur talent se conjugue encore au présent.

L’Europe du foot subit de plein fouet la vague des nouveaux talents du foot. Dans le sillage de Kylian Mbappé ou Erling Haaland, de nouvelles personnalités s’affirment. Mais c’est sans compter sur une poignée d’irréductibles trentenaires, bien décidés à rester dans le jeu. Avec quasiment 20 ans de carrière pour la plupart d’entre eux, les "papys" du foot continuent de régaler, tout en jouant les premiers rôles dans leur club et leur championnat respectif.

Pepe (38 ans)

En l’espace de quelques mois, le vétéran portugais aura donc mis dans sa poche Kylian Mbappé – lors du France-Portugal d’octobre 2020 (0-0) –, puis Cristiano Ronaldo en 8e de finale de la Ligue des champions. Ils étaient pourtant nombreux à croire, au moment de son départ du Real Madrid en 2017, après une décennie et 334 matches dans la capitale espagnole, que Képler Laveran Lima Ferreira, dit Pepe, s’acheminait vers une fin de carrière tranquille du côté de la Turquie. Mais après une saison au Besiktas, le rugueux défenseur a effectué un retour aux sources probant à Porto, avec qui il s’apprête à disputer un quart de finale de C1, quelques mois après avoir réussi le triplé Coupe-championnat-Supercoupe.

De rugueux à brutal, il n’y a qu’un pas, que Pepe a plus d’une fois franchi. Pourtant, celui qui figure incontestablement parmi les meilleurs arrières de la dernière décennie – trois Ligues des champions (2014, 2016, 2017) et un Euro (2016) – a récemment fendu l’armure pour atténuer cette image qui lui colle à la peau. "J’ai dormi avec ma mère jusqu’à l’âge de 18 ans", a-t-il révélé dans une interview récente à Tribuna Expresso. J’ai été très gâté et malgré ce qui est dit, que je suis dur à cuire et que je ne sais pas quoi, je suis quelqu’un de gentil." Des éléments de langage qui ne devraient pas rassurer ses futurs adversaires. Sauf accident, Pepe devrait figurer parmi les champions d’Europe en titre portugais qui remettront leur titre en jeu durant l’Euro 2021. Une sélection qu’il a commencé à fréquenter en 2007, il y a 15 ans. Une autre époque…

Zlatan Ibrahimovic (39 ans)

"Je ne vais pas le laisser s’arrêter, maintenant il doit travailler pour moi. J’ai travaillé pour lui pendant des années, maintenant, c’est mon tour […]. Nous sommes d’accord, il travaillera seulement pour moi pendant les cinq prochaines années." Habitué des esbroufes médiatiques, Mino Raiola avait cette fois vu juste en octobre 2017, lorsqu’il était question de la suite de la carrière de Zlatan Ibrahimovic.

Alors âgé de 35 ans, le grand Suédois semblait condamné au déclin après une blessure aux ligaments du genou lors d’un match de Ligue Europa entre Manchester United et Anderlecht. Pourtant, quatre ans plus tard, Zlatan est toujours là, avec sa farandole de buts et de punchlines. Toujours aussi clivant, toujours aussi omnipotent. Le Suédois cultive son image hors du terrain, mais il continue de jouer les premiers rôles sur le pré. Il détient quelques records éloquents : onze titres de champion remportés dans quatre pays différents, barre des 550 buts en match officiel dépassée… Il est, en outre, le seul joueur avec Cristiano Ronaldo à avoir marqué un but à chaque minute d’un match de football ! Des faits d’armes qui entretiennent sa légende, nourrie à coups de buts spectaculaires, comme ce jour de match amical entre la Suède et l’Angleterre, en 2012.

Son histoire avec la sélection, jusqu’ici mitigée pour ne pas dire tumultueuse – jamais mieux qu’un quart de finale d’Euro, en 2004 –, pourrait bien ouvrir un nouveau chapitre. En effet, son come-back spectaculaire à l’AC Milan (25 buts en 33 matches de Série A) lui a permis, à 39 ans, d’être rappelé en équipe nationale à quelques mois de l’Euro 2021, plus de quatre ans après sa dernière cape. L’occasion ou jamais de rectifier le cours de l’Histoire pour Zlatan le conquérant…

Nenê (39 ans)

S’il n’a pas connu les affres des grands tournois internationaux, ni tutoyé le gratin des Coupes d’Europe, Nenê figure parmi ces artistes en voie de disparition, ces résistants pour lesquels le foot se conçoit à travers la technique et le plaisir du jeu. Est-ce là, le secret de sa longévité ? Pour celui qui aura 40 ans en juillet prochain, le moment n’est pas encore venu de raccrocher les crampons.

Après avoir écumé une bonne partie du globe (14 clubs différents, dans cinq pays et trois continents), il a choisi de finir au Brésil, là où tout a commencé. "En 2020, il était le meilleur joueur de Fluminense. Il a terminé meilleur buteur du club malgré ses 39 ans, avec 20 buts toutes compétitions confondues, dont huit en championnat", nous détaille Dominique Baillif, journaliste spécialiste du football sud-américain pour le Club des 5, RFI et RTL. "Il a porté le secteur offensif sur ses épaules et permis à son équipe de se qualifier pour la Copa Libertadores. Il a été un joueur déterminant dans un club qui est passé de la lutte pour le maintien aux premiers rôles." 

Plus vieux buteur de l’histoire de la Coupe du Brésil – devant une autre légende, Edmundo, buteur en 2008 à l’âge de 37 ans –, élu meilleur joueur du Brasileiro en 2015… Nenê continue de régaler des supporters au départ sceptiques. "Lorsqu’il est arrivé, il a été un peu ballotté, vu son âge, mais rapidement, il a mis tout le monde d’accord", poursuit Dominique Baillif. Tant et si bien que, désormais, tout le monde l’appelle affectueusement "Vovo", le grand-père.

Luka Modric (35 ans)

"Le joueur le plus difficile à trouver ? Luka Modric, car il défend comme un 6 et attaque comme un 10." Plutôt avare en éloges, Marcelo Bielsa sait généralement de quoi il parle en matière de jeu. Il faut dire que le Croate restera comme celui qui aura brisé l’hégémonie Messi-Ronaldo au palmarès du Ballon d’or, remportant la prestigieuse distinction en 2018, après une décennie de partage entre les deux Martiens.

Pour y arriver, la route aura été cahoteuse, de son enfance rythmée par la guerre en ex-Yougoslavie jusqu’au brassard de capitaine qu’il portait en finale de la Coupe du monde 2018, Modric a connu plusieurs vies. Celle, triste, d’un enfant réfugié à Zadar en compagnie de ses parents à fuir les bombardements. Celle, plus heureuse, d’un talent brut qui a gravi les échelons de manière spectaculaire, accumulant les Ligues des champions (quatre) dans un rôle aussi ombrageux que précieux.

Mais à la faveur de son talent et de son leadership naturel, Modric a fini par capter la lumière et continue de la diffuser à 35 ans, au sein d’un des plus grands clubs du monde. Après neuf années passées au Real Madrid, il continue d’émerveiller l’Europe du foot, à coups d’extérieurs du pied soyeux et de passes lumineuses. De quoi s’imposer définitivement comme le successeur de son idole, Zvonimir Boban.

Cristiano Ronaldo (36 ans)

Est-ce vraiment nécessaire de présenter à nouveau l’homme qui a gagné autant de Ballons d’or que de Ligues des champions (cinq) ? Celui qui détient le record de buts marqués en C1 (135) et, peut-être, bientôt de l’histoire du foot de sélection (102, à sept buts du total de 109, détenu par l’Iranien Ali Daei) ? Malgré les années qui défilent, l’insatiable CR7 donne l’impression d’avoir toujours autant faim de victoires, de trophées, de buts et de records. 

En adaptant son approche du métier, qu’il a fait évoluer en fonction de sa physiologie et de son âge, le Ronaldo fougueux et insouciant de la période mancunienne s’est mué en un joueur chirurgical et clinique. Qu’il s’agisse du sommeil (cinq siestes d’une heure et demie chaque jour) ou de l’alimentation (six repas par jour, en excluant sodas et viande rouge notamment), CR7 s’impose une exigence extrême et une hygiène de vie presque sans concession. Un travail d’arrache-pied qui porte ses fruits puisqu’à 36 ans, il occupe la tête du classement des buteurs de la Serie A et pourrait donc ajouter à son palmarès un nouveau titre, celui de Capocannoniere.

À voir aussi sur sports :