AccueilStory

De Paris-Dakar à Jeddah-Jeddah, pourquoi le Rallye Dakar a changé son parcours iconique ?

Publié le

par Axel Savoye

© Dakar Rally/Instagram

Le dernier "vrai" Paris-Dakar remonte à 2001.

C’est le rendez-vous du début d’année pour les passionnés de cette odyssée automobile. Après 42 éditions et plus de 400 000 kilomètres au compteur, le Paris-Dakar aura été source de temps forts et d’images marquantes dans l’histoire du sport. Imaginée par Thierry Sabine en 1977, la première édition de cette course est lancée place du Trocadéro à Paris et s’achève à Dakar, au Sénégal. La beauté des paysages et le contraste entre les décors européens et africains en font une grande réussite. Cette année, c’est l’Arabie saoudite qui accueille la 43e édition de la plus grande course de rallye au monde.

Pendant plusieurs années, le trajet est sensiblement le même : départ de Paris jusqu’à Sète, départ sur le continent africain à Alger, traversée du Sahara jusqu’au Niger, puis direction l’ouest jusqu’à Dakar. Quelques exceptions ont eu lieu, comme un Paris-Dakar qui était en fait un Rouen-Le Cap (Afrique du Sud) en 1992 ou un Paris-Dakar-Marne-la-Vallée éprouvant en 1994. La menace terroriste dans l’Afrique subsaharienne change la donne quelques années plus tard. Lors de l’édition 2000, plusieurs étapes de la course sont annulées et un pont aérien permet aux compétiteurs de traverser le Sahara.

Fin 2007, l’assassinat de touristes français et de militaires en Mauritanie contraint les organisateurs à annuler la compétition pour la première fois de son histoire. En 2008, la course déménage en Amérique du Sud suite aux menaces du groupe terroriste AQMI envers les pilotes français. Le continent sud-américain devient la terre d’accueil du Rallye Dakar pendant une dizaine d’années, jusqu’à ce que les organisateurs décident une fois de plus de déménager la compétition en Arabie saoudite. Malgré ces changements de grande ampleur, le Rallye Dakar n’en finit pas de cumuler les bonnes audiences. L’aventure sud-américaine prendra fin en 2019 après que plusieurs pays frappés par une crise économique ont refusé de financer l’organisation de l’événement.

Toutefois, ces dernières années, le Paris-Dakar a concentré toutes les critiques. Bien que la course soit l’un des événements sportifs les plus médiatisés au monde, elle est aussi un désastre écologique, entre les milliers de tonnes de CO2 relâchés dans l’air, les déchets alimentaires, les pneus crevés abandonnés dans le désert et la dégradation des sites archéologiques par les voitures. En 2020, le déplacement du Rallye Dakar en Arabie saoudite a aussi fait polémique. Bien que le pays ait été choisi pour ses paysages et son fuseau horaire permettant les retransmissions en direct, la course ne serait plus que l’instrument du royaume pour redorer son image et faire oublier son mépris des droits de l’Homme aux yeux de certains.

À voir aussi sur sports :