On était au premier match d'Everton Women dans son nouveau stade

Le football vrai.

Alors qu’une énième tempête approche l’Angleterre, ce dimanche 23 février est relativement agréable au nord. Il fait froid, il y a du vent mais le soleil perce doucement. En somme, plus la journée avance plus les conditions sont optimales pour un match de football. Comme une habitude, les trains de la Northern Rail ne sont pas à l’heure et le trajet jusqu’à Liverpool est un peu compliqué. Mais une fois entré en Lime Street Station, la ville portuaire brille, le Royal Liver Building baignant dans la lumière.

©️ Chloé Gallot / Konbini Sports

Publicité

©️ Chloé Gallot / Konbini sports

Il est déjà 11 heures 40 et le temps presse pour se rendre au Walton Hall Park : le match de Women’s Super League entre Everton (6e) et Manchester United (5e) débute à 12 heures 30. Juste le temps de se rendre à Queen Square Bus Station et de prendre le bus 19, allant à Kirkby et passant tout proche d’Anfield et Goodison Park. C’est à l’arrêt Lusitania Road que l’on descend. Quelques supporters arrivent encore et terminent les derniers mètres jusqu’au stade à pied.

©️ Chloé Gallot / Konbini sports

Publicité

Quand on arrive, les joueuses terminent leur échauffement. Une camionnette blanche vend les traditionnels fish and chips, des burgers et autres thés. Les enfants courent, des jeunes filles habillées aux couleurs des Toffees font des jongles avec leur ballon en attendant le coup d’envoi, les supporters des Red Devils chantent déjà. En tout, ce sont 1 500 personnes qui se sont réunies au Walton Hall Park pour assister au premier match d’Everton dans ce qui sera désormais son stade. Si le match n’a pas vraiment un immense enjeu pour les places honorifiques du classement qui seront forcément trustées par Arsenal, Manchester City ou Chelsea, la rencontre reste importante pour les locales qui inauguraient leur enceinte.

©️ Chloé Gallot / Konbini sports

Les officiels et les 22 joueuses entrent finalement sur le terrain sous les applaudissements du public, les chants des away fans et un vent terrible. Sur une pelouse relativement correcte, le coup d’envoi est donné et les joueuses de United, emmenées par la numéro 14 des Pays-Bas, Jackie Groenen, attaquent directement. C’est cependant la numéro 11, Leah Galton, qui illumine la rencontre. Depuis son côté gauche, elle fait souffrir une défense d’Everton incapable de la gérer. Au bout de 21 minutes de jeu, elle inscrit le premier but de l’après-midi. Après que Toone a récupéré le ballon au milieu de terrain, elle décale Galton sur la gauche qui se joue de E. Morgan pour trouver un angle relativement fermé et marquer un très beau but pour son retour de blessure.

Publicité

Alors que United prend l’avantage, les quelques supporters ayant fait le voyage donnent de la voix : "Woke up this morning feeling fine, got Man United on my mind, Stoney got them play the way they should! Oh yeah!" Les Red Devils semblent apprécier, car plus les minutes passent, moins Everton parvient à développer son jeu. Huit minutes après son premier but, Galton y va même de son doublé. En contre, Sigsworth envoie un long ballon à Galton qui contrôle et bat encore une fois Morgan pour marquer. Depuis le bord du terrain, les away fans s’amusent tout autant que leur équipe. C’est tout l’inverse pour les locaux qui n’y arrivent pas…

©️ Chloé Gallot / Konbini sports

La mi-temps arrive, le vent ne quitte pas la partie et le thé sauve les supporters frigorifiés. Tout comme les frites qui font les bonheurs des enfants, surtout des petites filles, venues en nombre pour observer la rencontre. Accoudés aux rambardes, les supporters d’Everton soupirent face à la prestation de leur équipe. Quelques joueuses s’échauffent, on espère que Willie Kirk, lui qui est passé par United en 2018 avant de prendre en main Everton, va faire quelques changements.

Publicité

Au retour des vestiaires, les deux formations restent inchangées. Les Toffees reviennent sur le terrain avec des meilleures intentions et semblent vouloir changer le cours d’un match à sens unique en première période. On voit plus Chloe Kelly, sélectionné pour participer à la SheBelieves Cup avec l’Angleterre. Avec ses 9 buts en 11 matches, on se dit qu’elle n’a pas besoin de beaucoup d’occasions… Everton va mieux et met enfin United en danger. Mais à la 63e minute, Ella Toone inscrit le troisième but des Red Devils, un but qui vient couronner un superbe match. "She is one of our own", chantent les away fans en l’honneur de la jeune joueuse née à Tyldesley, Greater Manchester.

©️ Chloé Gallot / Konbini sports

La déception règne chez les supporters des Toffees. Mais on garde un peu d’espoir, surtout quand Leah Galton laisse sa place à Lizzie Arnot. Everton obtient alors un corner, Earps rate totalement sa sortie et permet à Danielle Turner de réduire le score. Pendant que les joueuses se remettent en place, on entend la gardienne marmonner "yep that’s my fault". Ce but redonne de l’énergie aux Toffees et aux supporters qui chantent timidement. Elles poussent pour essayer de faire craquer United. À la 83e minute, bien aidée par le vent, Lucy Graham inscrit un superbe but qui permet de revenir à 3-2.

Tout peut encore basculer dans les dernières secondes. Les corners s’enchaînent pour Everton, mais ne donnent rien, notamment parce que les Red Devils défendent bien. La rencontre se termine donc sur le score de 2-3 pour les visiteuses, qui gâchent la petite fête qu’était le premier match d’Everton Women dans ce nouveau stade.

Chloe Kelly avec une jeune supportrice après le match ©️ Chloé Gallot / Konbini sports

Une fois le match terminé, les spectateurs restent sur le bord du terrain, beaucoup attendent avec impatience photos et autres autographes. Certaines ont apporté leur maillot pour une signature, d’autres leurs crampons. Les joueuses prennent le temps de saluer tout le monde, malgré, la défaite. On félicite même Chloe Kelly pour sa convocation avec les Three Lions. Les joueuses de United ont aussi un franc succès.

Sur le chemin du retour, on prend le temps de discuter avec une supportrice de United qui n’a pas encore loupé un match cette saison. Elle est très heureuse de ce déplacement : pour une fois, aller au stade est un jeu d’enfant, l’enceinte étant située juste à côté de Goodison Park. Après tout, c’est logique. Enfin ça devrait l’être, mais ce n’est pas le cas chez les féminines, qui sont souvent trimballées de stade en stade, loin de la ville qu’elles représentent.

Par cgallot, publié le 28/02/2020