AccueilStory

On a classé (objectivement) les célébrations de but les plus folles du football

Publié le

par Julie Morvan

© Reuters/Jeff J. Mitchell JJM/NMB

Acrobaties, chorés et autres fantaisies dans la joie et la bonne humeur.

Si chaque match de foot est un condensé de sensations fortes, les buts marquent (sans mauvais jeu de mots) l’apothéose de cette dose d’adrénaline. Revivez ces explosions de joie et les célébrations les plus originales qu’ils ont inspirées aux joueurs.

#15. Le monde à l’envers

On commence ce classement avec une célébration surprenante que l’on doit à Mirko Vučinić. Après son but contre la Suisse, le Monténégrin a aussitôt retiré son short pour le mettre… sur sa tête, avant de courir vers le public, exalté. Une belle prouesse, puisqu’il a réussi à faire tout cela en courant, alors même que ses coéquipiers le retenaient en tirant sur son maillot :

#14. Tout roule

Lorsqu’il marque un but, Robbie Keane laisse exploser sa joie en se fendant d’une roue suivie d’une petite galipette. Plein d’entrain, l’Irlandais ne vise ni la perfection ni la précision dans ses figures, mais donne toute son énergie. Après tout, c’est ça qui compte :

#13. AS gym activated

Là, rien à voir avec Robbie. Si les joueurs sont avant tout recrutés en équipe pour leurs qualités de footballeurs, ils révèlent parfois d’autres talents insoupçonnés. Quoi de plus spectaculaire que de célébrer son but en enchaînant une série de backflips ponctués d’un salto final aussi propre que les gymnastes les plus aguerris ? Les acrobaties de Julius Aghahowa après son but contre la Suède nous donnent le tournis et on en reste bouche bée :

Une célébration qui en inspira d’ailleurs d’autres des années plus tard, comme Kazenga LuaLua :

#12. C'est par ici, Broadway ?

Une célébration digne des plus beaux spectacles de comédie musicale. Los Cafeteros et leur chorégraphie si bien rodée ont transformé le terrain de foot en véritable scène de musical pendant la Coupe du monde de 2014. Après un but sensationnel de James Rodríguez, l’équipe de la Colombie s’est réunie pour une série de pas de danse mémorables. La La Land n’a qu’à bien se tenir.

Variante : la superbe choré des Bafana Bafana, l’équipe d’Afrique du Sud de football, lorsque Siphiwe Tshabalala marque contre le Mexique en 2010 :

#11. La soif de victoire

Une autre façon de fêter un but qui a fait polémique. En 1993, Paul Merson a fait mine de s’enfiler des pintes en guise de célébration. Si le geste était fictif, tout laissait à penser que ses pintes imaginaires ne contenaient pas de l’eau… Une façon maladroite pour le joueur d’Arsenal de répondre à ceux qui l’accusaient d’être alcoolique.

#10. Batman et Robin sur le terrain

Aubameyang est connu pour les déguisements éclair qu’il arbore avec fierté et humour après avoir marqué. Souvent cachés dans ses chaussettes hautes, ses masques de super-héros sont exhibés sous le regard hilare de ses coéquipiers. Cette fois-ci, il est de mèche avec son camarade Reus pour incarner le duo emblématique des DC Comics : Batman et Robin.

#9. Twerk twerk twerk

Kei Kamara a eu la bonne idée de twerker pour fêter son but contre l’Impact de Montréal en 2016. L’attaquant des New England Revolution s’est fendu de son plus beau mouvement de bassin, malgré la désapprobation de l’arbitre qui l’a récompensé… d’un carton jaune ! La beauté du jeu, elle est où dans tout ça ?

#7. Dodo, l’enfant do

Derrière tout joueur de foot, il y a un homme, un mari… parfois même un jeune papa. La petite performance de Bebeto en 1994 après la victoire du Brésil contre le Pays-Bas est aussi drôle que touchante : en mimant de bercer un enfant, le joueur célèbre son but tout autant que son nouveau-né, Mattheus. Craquant.

#6. Piquer du nez de façon border

Parfois, la célébration d’un but peut faire polémique lorsqu’elle est un peu trop exaltée. Robbie Fowler a reçu une amende de 32 000 pounds et une interdiction de jouer pendant quatre matches suite à cette action très particulière. En 1999, après avoir égalisé contre les Reds, le joueur s’est agenouillé et a fait mine de sniffer la bordure blanche du terrain. Pas très sportif.

#5. Le débrief sur le terrain

Après avoir égalisé contre Manchester City, Jimmy Bullard a fait s’asseoir tous les joueurs en cercle autour de lui et s’est mis à mimer un remontage de bretelles avec son index pointé vers eux. Une mise en scène bien huilée en clin d’œil à une scène qui s’était déroulée lors de la saison précédente, lorsque leur entraîneur Phil Brown avait organisé un débrief à même le gazon.

#4. La vénération du maillot sacré

Alors que le Sénégal marquait contre la France lors de la Coupe du monde de 2002, Papa Bouba Diop s’est empressé de retirer son maillot avant d’entraîner toute son équipe avec lui. Ensemble, ils ont effectué une joyeuse danse en cercle autour du vêtement devenu légendaire.

#3. Collé-serré avec le poteau

La danse la plus expressive de l’histoire des danses célébrant un but : le petit mouvement chaloupé de hanches de Roger Milla pendant la Coupe du monde de 1990 déborde de joie et d’euphorie. On ne peut s’empêcher de sourire et d’avoir une irrépressible envie de se mettre à danser.

#2. Une petite partie de bowling ?

Certains mettent leurs T-shirts sur la tête, d’autres organisent des petits chorés d’équipe… Là, Hidetoshi Wakui a atteint le level supérieur. Aussitôt après avoir marqué un but contre Fiora, tous les joueurs de la Nõmme Kalju se sont rassemblés pour exécuter une célébration délirante. Le joueur a récupéré le ballon et l’a fait rouler vers ses coéquipiers, debout comme des quilles, qui se sont alors tous écroulés par terre. Pendant quelques secondes, on se serait crus sur une piste de bowling.

#1. Le pêcheur et sa proie fraîchement pêchée

L’équipe islandaise Stjarnan FC est sans conteste la plus inventive en matière de célébrations. On a eu du mal à choisir celle qui nous marquait le plus tant elles étaient toutes plus farfelues les unes que les autres. On a finalement tranché sur cette magnifique mise en scène de l’attaquant Björnsson en pêcheur. Elle remporte le gros lot :

Bonus : quand l’entraîneur s’y met lui aussi

Après un but, les caméras se braquent souvent sur les équipes qui explosent de joie sur le terrain, mais les entraîneurs aussi sont très impliqués dans la victoire de leurs joueurs. Parfois, ça se voit. Beaucoup. La preuve avec Miguel Herrera, ancien joueur de football international mexicain devenu entraîneur du Club América :

À voir aussi sur sports :