Olympique de Marseille’s French president Jacques-Henri Eyraud gives a press conference at the Robert-Louis Dreyfus training centre in Marseille, southern France on May 23, 2018. (Photo by BERTRAND LANGLOIS / AFP)

L'OM publie un communiqué pour expliquer pourquoi il est reparti avec sa part de recettes

Stade pas assez "champêtre" et rempli de "supporters marseillais" comme excuse.

L'OM n'a pas brillé ce dimanche dans sa rencontre des 32es de finale de la Coupe de France face à Trélissac. Si le club olympien n'a pas été flamboyant dans le jeu, il ne l'a pas été non plus dans sa gestion de l'après-match, en repartant avec sa part de la recette. Un comportement qui a provoqué la colère du président du club de National 2 : "En trois confrontations (face à l'OM, ndlr), c'est la première fois que je vois ça ! Je remercie l'OM de respecter le football amateur", rapporte L'Équipe.

Publicité

Face à la polémique naissante, l'OM a publié un communiqué lunaire pour expliquer pourquoi il est reparti avec sa part de la recette. Parmi les raisons invoquées : le stade de Limoges dans lequel a joué Trélissac n'était pas assez "champêtre", et ce dernier "était complet et a d'ailleurs accueilli des supporters marseillais, très majoritaires". Dans le texte :

"La politique du club a souvent été de laisser la recette quand l’OM est accueilli dans des stades particulièrement champêtres où la capacité est faible. Pour le match d’aujourd’hui, Trélissac a bénéficié d'un stade de 13 000 places et a pratiqué une politique tarifaire qui — si elle était tout à fait justifiée — affichait des prix entre 20 et 35€ la place. 
La recette totale s'est élevée à près de 400 000€ avant déduction des frais d'organisation. Grâce au fait de recevoir l'OM, le stade était complet et a d'ailleurs essentiellement accueilli des supporters marseillais, très majoritaires. Il nous semblait juste que dans ces conditions particulières que les deux clubs se partagent la recette d'autant plus que ce déplacement a coûté à l'OM 65 000€."

Et plutôt que d'apaiser les tensions, ce communiqué n'a fait qu'envenimer les choses. Notamment auprès des supporters marseillais qui déplorent le manque d'élégance des dirigeants. Même si le règlement de la FFF précise que la recette doit être partagée à "part égale", la tradition du grand qui reverse au petit participe au charme de la Coupe de France.

Publicité

Par Abdallah Soidri, publié le 06/01/2020