Olympique de Marseille’s French president Jacques-Henri Eyraud gives a press conference at the Robert-Louis Dreyfus training centre in Marseille, southern France on May 23, 2018. (Photo by BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Le twitto qui avait menacé de mort Jacques-Henri Eyraud a été placé en garde à vue

"Je reconnais que ça peut être perçu comme un tweet débile à la recherche de buzz. Et je l'assume."

Le 15 janvier dernier, quelque peu excédé par la politique sportive du président marseillais, le twitto "Petit Bambou" avait cru bon de partager à ses abonnés un "plan" pour tout simplement tuer Jacques-Henri Eyraud. En plus de partager son adresse personnelle, il suggérait d'"aller à La Commanderie, attendre que JHE sorte. On le suit, on le bloque, on lui met un sac sur la tête, du scotch sur la bouche, on lui met trois balles dans la tête et on le noie au large avec 50 kilos de chaînes aux pieds", rappelle La Provence. Le président de l’OM avait alors rapidement porté plainte. 

Le lendemain, "Petit Bambou" s’était excusé sur Twitter :

Publicité

"Je reconnais que ça peut être perçu comme un tweet débile à la recherche de buzz. Et je l’assume. Le tweet est effacé, et mes excuses sont naturellement présentées à la personne concernée si elle a pris ma colère au 1er degré."

Ce vendredi matin, le quotidien marseillais nous apprend que la police a retrouvé "Petit Bambou" grâce à son adresse IP, et l’a placé en garde à vue mercredi dernier. Devant les forces de l’ordre, le jeune homme de 22 ans aurait essayé de se défendre en plaidant l’effet de meute. Il devrait comparaître pour "provocation non suivie d’effet à commettre un délit ou un crime", nous apprend La Provence. Il risque cinq ans de prison et 45 000 € d’amende.

Publicité

Par Lucie Bacon, publié le 31/01/2020

Pour vous :