AccueilStory

Le funambule Nathan Paulin bat le record du monde de distance au Mont-Saint-Michel avec plus de 2 kilomètres parcourus sur un fil

Publié le

par Lisa Coll

La slackline mesurait 2 200 mètres de long.

Le funambule Nathan Paulin bat le record du monde de distance au Mont-Saint-Michel avec plus de 2 kilomètres parcourus sur un fil

© Marie Hospital, Damien Mayer/AFPTV/AFP

Juché sur une sangle de deux centimètres de large tendue jusqu’à une centaine de mètres de hauteur, le funambule Nathan Paulin a battu mardi au Mont-Saint-Michel le record du monde de distance sur une slackline de 2 200 mètres de long, selon son équipe.

"Maintenant, je suis vraiment dans l’euphorie de l’arrivée, donc je suis hyper-heureux. C’est une expérience très intense. En deux heures, j’ai vécu plein d’émotions et c’est toujours le cas", a-t-il déclaré à l’AFP après son arrivée dans la salle des cloches de l’abbaye, vers 19 h 30.

Nathan Paulin, 28 ans, s’était élancé environ deux heures plus tôt du haut d’une grue située à 114 mètres du sol, à proximité du barrage du Couesnon. Attaché par un harnais et sécurisé par une ligne de vie, il a avancé tranquillement pas à pas, pieds nus sur la sangle, sous l’œil des drones et des caméras, avant d’atteindre la célèbre abbaye. Le highliner (slackline en hauteur), habitué des records du monde, s’est laissé tomber sur la sangle à quelques mètres de l’arrivée "pour des raisons de sécurité", avait précisé son entourage.

"À la fin, il y a une marque sur la sangle qui, pour moi, matérialise la fin. En fait, si je m’approche plus ça devient dangereux parce que je peux toucher le bâtiment", a-t-il expliqué devant la presse. "Quand je passe cette marque-là, je me suis juste jeté et je suis allé voir les copains. Pour moi, c’était terminé. Ce n’était pas une chute", a-t-il ajouté.

Un lieu "magnifique"

La météo s’est finalement révélée plutôt clémente : malgré quelques rafales en début d’après-midi, ni la pluie, ni le vent ne sont venus perturber la traversée, qui s’est déroulée sous un soleil éclatant. Le choix du Mont-Saint-Michel s’est imposé "simplement parce que c’est un lieu magnifique qui m’attirait", mais aussi parce que "c’est important de montrer ce patrimoine d’une manière différente", avait expliqué Nathan Paulin à l’AFP avant son exploit.

Le Mont-Saint-Michel et sa baie sont classés par l’Unesco au patrimoine mondial depuis 1979. Le funambule a prévu de rééditer sa traversée mercredi après-midi, cette fois dans l’autre sens, en partant de l’abbaye, pour "faire des images", selon son équipe. Fort de son exploit, le jeune homme ne compte pas s’arrêter là. Il a ainsi estimé :

"Dans mes prochains rêves, j’espère pouvoir le faire, ce serait d’aller entre la Tour Eiffel et la Tour Montparnasse, soit 2,7 kilomètres. Et cette traversée me prouve que c’est possible, en tout cas techniquement. Après, s’il y a un gros, gros défi technique, encore plus gros qu’ici, et on verra si ça se fait un jour."

Son précédent record de longueur datait de 2017 en franchissant 1 662 mètres à 300 mètres de haut dans le cirque de Navacelles (Gard et Hérault). Il avait été à son tour dépassé par plusieurs autres funambules, qui avaient parcouru plus de 2 130 mètres dans le Nord de la Suède en 2021, a précisé son entourage.

Nathan Paulin est un habitué des traversées spectaculaires. Il a décroché son premier record de longueur en 2014, en parcourant 601 mètres au sol dans la région lyonnaise. En 2015, il franchissait 403 mètres à La Réunion, cette fois dans le vide, un autre record. À deux reprises, Nathan Paulin avait également relié la Tour Eiffel au Trocadéro en 2017 et en 2021.

Konbini sports avec AFP.

À voir aussi sur sports :