Le club de foot de Wuhan quitte l'Espagne où il s'entraînait depuis janvier

Les clubs chinois fuient l'Europe, la trouvant désormais moins sûre que la Chine.

Alors que plusieurs clubs chinois avaient trouvé refuge en Europe il y a quelques semaines, quand le nombre de cas de coronavirus avait explosé en Asie, ils font désormais le chemin inverse. 

Depuis fin janvier, le club de Wuhan, la ville où est apparu le virus en premier, s’entraînait en Espagne, à Marbella, mais il a quitté ce pays, désormais en confinement, ce week-end. Il s’entraînera désormais dans le sud-ouest de la Chine, Wuhan étant toujours en quarantaine. 

Publicité

"La situation s’est inversée", a estimé auprès des médias chinois l’attaquant du Wuhan Zall, Leo Baptistao. "Nous sommes plus en danger (en Espagne). Ça paraît à présent mieux de partir", a-t-il ajouté.

Désormais, le retour en Chine est difficile par la coupure de nombreuses liaisons aériennes, ainsi que par la stricte quarantaine imposée aux passagers arrivant en Chine de l’étranger. Le Wuhan Zall était ainsi bloqué à Francfort, en Allemagne dimanche, selon plusieurs médias chinois. Finalement, l’équipe est bien arrivée à l’aéroport de Shenzhen dans la nuit de lundi à mardi comme en témoigne un post Instagram.

Publicité

D’autres clubs ont décidé de rentrer, notamment le champion de Chine en titre, le Guangzhou Evergrande, et son dauphin, le Beijing Guoan.

En raison du coronavirus, le début de la saison de Super League chinoise, prévu le 22 février, a été reporté à une date inconnue. Selon des médias, le championnat pourrait débuter en mai, à huis clos.

Plus de 80 000 personnes ont été contaminées en Chine, dont au moins 3 100 sont décédées. La pandémie de Covid-19 est à présent en pleine expansion dans le reste du monde, avec 83 000 cas hors de Chine pour 3 200 décès.

Publicité

Avec AFP. 

Par Konbini Sports, publié le 17/03/2020