Face à la haine des parieurs sur Twitter, un joueur de tennis quitte le réseau social

"Les parieurs misent sur moi, mais je ne leur ai jamais promis que j'allais gagner".

Corentin Moutet a pris sa décision : Twitter, c’est fini pour lui. Le tennisman ne supporte plus "la méchanceté gratuite" en ligne de la part des internautes, souvent des parieurs, énervés par ses performances. "Pourquoi ils insultent ma famille ? Pourquoi ils veulent que je me blesse, s’interroge le joueur classé 77e à l’ATP dans L’Équipe. Les parieurs misent sur moi, mais je ne leur ai jamais promis que j’allais gagner. Ils jouent à un jeu."

Et il n’y a pas que sur Twitter que Corentin Moutet reçoit des messages de haine. Sur Instagram, les utilisateurs se lâchent avec le même degré de méchanceté explique le joueur : "J’ai déjà reçu plus de 100 messages de haine sur Instagram [après sa défaite contre Federico Coria, ndlr]. Je les supprime, je les bloque, et basta. Mais sur Twitter, c’est plus compliqué. S’ils prennent le temps d’aller sur mon profil pour m’insulter, c’est qu’ils n’ont rien à faire de leur vie", finit-il par déplorer.

Publicité

Dans le circuit, le cas de Corentin Moutet est loin d’être isolé. De nombreux joueurs et joueuses dénoncent les messages d’insultes qu’ils reçoivent sur leurs réseaux sociaux après un match. Caroline Garcia en avait publié la semaine dernière sur son compte Instagram, tout comme Gaël Monfils avant elle en octobre dernier, pour montrer l’ampleur du phénomène.

Pour lutter contre cette forme de cyberharcèlement, la Fédération française de tennis (FFT) a lancé fin 2018 une cellule d’assistance pour les joueurs. Son directeur général, Jean-François Vilotte, révèle, toujours dans L’Équipe, que "ce service a déjà été sollicité par des joueurs de tous niveaux, du plus haut au plus modeste".

Publicité

Par Abdallah Soidri, publié le 20/02/2020