AccueilFoot

Découvrez l'incroyable parcours de Sarah Boudaoud, footballeuse et attachée parlementaire

Publié le

par Tess Birkedal Hartmann

©️ Instagram GPSO 92 ISSY

À seulement 24 ans, Sarah Boudaoud allie sport de haut niveau, politique et études.

Sportive depuis toujours, Sarah Boudaoud pratique plus jeune la natation, le judo et l’athlétisme, en parallèle du football. Vers 10 ans, elle évolue dans un club de foot exclusivement masculin, l’ASPTT Bron, où elle se fait repérer par l’Olympique lyonnais. La latérale droite y poursuit son perfectionnement avec les benjamines, puis les U19 et aussi les entraînements avec le groupe pro.

Pendant ce temps, elle obtient son bac, intègre Sciences Po Paris et se voit donc obligée de quitter Lyon et son club. Nouvelle ville, nouveaux objectifs : le club d’Issy, qui vient de monter en D1, lui fait une proposition à la hauteur de ses ambitions. Après une année en Floride, elle intègre le Master "Management & Public affairs". Études et entrainements intensifs ne font pas peur à cette sportive déterminée qui accepte en plus un poste en CDI à mi-temps d’attachée parlementaire. Sarah raconte lors d’une interview à la FIFA comment elle allie les deux :

"Quand avec mon député on a une réunion importante et qu’on voit que ça aboutit sur une écriture législative et que ça peut faire avancer tout un domaine dans le secteur de la santé, c’est vraiment valorisant. J’ai apporté ma pierre à l’édifice et c’est tout aussi génial qu’une victoire en foot. Je me sens utile et d’autant plus complète."

Celle pour qui le football est une évidence sait que la vie ne s’arrête pas après une carrière sportive et nourrit des objectifs plus grands. Idéalement, elle souhaite mêler ses études en affaires publiques et le foot en intégrant l’UEFA ou la FIFA, tout en continuant un parcours sportif intense. Convoquée en sélection algérienne en début d’année, cette opportunité reste dans un coin de sa tête :

"Jouer une Coupe du monde, ce serait magnifique. L’Algérie a le potentiel pour rivaliser avec les plus grandes équipes africaines. On a de la qualité technique. C’est davantage physiquement qu’on a une marge de progression. Les équipes comme le Nigeria ou le Cameroun mettent de l’impact physique et c’est là qu’il faudra répondre présentes. Mais en termes de qualité de jeu, nous ne sommes pas loin. Et remporter la prochaine Coupe d’Afrique des nations est un objectif réaliste."

Entraînements, matches, Assemblée nationale et Sciences Po, la jeune femme ne s’arrête jamais et n’est pas près de le faire.

À voir aussi sur sports :