AccueilStory

Comment j’ai décidé de courir le semi-marathon de Paris alors que je ne cours pas

Publié le

par Lise Lanot

Ce n’est peut-être pas grand-chose pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup.

Comment j’ai décidé de courir le semi-marathon de Paris alors que je ne cours pas

© Fox

Début janvier, en pleine déprime hivernale, j’ai décidé de faire chaque jour quelque chose qui m’effrayait – en souvenir d’une vieille citation attribuée à Eleanor Roosevelt lue il y a quelques années. Parmi une multitude d’idées plus ou moins terrifiantes, j’ai décidé, un mardi, d’aller courir avec une des communautés de runners qui pullulent sur les réseaux.

Pour la plupart des gens, ça n’a peut-être pas l’air hyper terrifiant mais il faut savoir que je ne suis clairement pas une coureuse. Déjà, je ne cours pas bien et, comme me l’avait récemment fait remarquer un vieux copain du lycée quand je lui ai annoncé que je m’étais mise au basket, j’étais plutôt une "boudeuse" quand il s’agissait de faire des tours de terrain les mercredis matins sous la pluie (je ne force pas du tout le trait, je viens de Normandie, il pleut 350 jours par an). Donc forcément, revivre ça de mon plein gré, ça me sortait de ma zone de confort.

Toujours plus

Un quart d’heure après m’être inscrite au footing du soir même, j’ai commencé à trouver ça dommage de me mettre là-dedans sans but. Éclair de génie, je me souviens qu’un semi-marathon est organisé à Paris le mois suivant. Je n’ai, évidemment, jamais participé à une course et je compte sur les doigts d’une main les fois où j’ai couru plus de dix kilomètres. Parfait, mon truc qui fait peur du dimanche 6 mars 2022 est tout trouvé. J’en parle à mon collègue et ami Abdallah.

"Juste, c’est dans un mois et demi."

Je ne sais pas quelle mouche me pique, je décide dans la foulée (vous l’avez ?) d’en parler en conférence de rédaction. Ça ferait une bonne idée d’article pour Konbini sports : "Comment j’ai décidé de courir le semi-marathon de Paris alors que je ne cours pas". C’est acté, je ne peux plus reculer, je prends mon dossard.

Nouveau monde, nouvelle langue

Je me retrouve donc un mardi soir au milieu d’une centaine de coureurs et coureuses qui ont l’air de se connaître depuis des années et, surtout, de se voir trois fois par semaine. S’ils ne se connaissent pas forcément depuis belle lurette, la plupart vont courir ensemble au moins deux fois par semaine. Tout le monde s’appelle par son prénom et connaît les allures de son voisin. Ça parle une langue que je ne connais pas : "Tu fais un 10 en 4,5 toi ? Allez, viens au 14 en 4, tu peux le faire" ; "On se challenge, on enlève 15 secondes au chrono". Je ne comprends rien, j’ai froid et je dois poser pour une photo de groupe.

J’alpague une fille toute seule dans un coin. C’est sa reprise, donc elle court sur la boucle des débutants et débutantes ce soir mais, apparemment, j’ai envie d’un peu de défi donc je lui dis que je veux autre chose. Elle me conseille un encadrant "parfait pour les nouveaux", Dominique*.

Je vais donc courir 7 kilomètres à 6,5 minutes par kilomètre, une allure tranquille, avec le fameux Dominique. On est six, je commence à discuter un peu avec tout le monde avant de raconter que je viens de m’inscrire à mon premier semi-marathon. Dominique me rassure : si je n’ai pas d’objectif de temps, pas besoin de m’embêter avec du fractionné, mon seul mot d’ordre doit être la ré-gu-la-ri-té, martèle-t-il.

Lui-même a couru des dizaines de marathons. En 2021, il a avalé près de 7 000 kilomètres et, au vu de ses exploits, certains l’accusent de trafiquer ses statistiques, me dit-il en rigolant. J’ai bavardé tout le long de la course et, à la fin de la boucle, j’avais l’impression que j’aurais pu continuer bien plus longtemps. Je rentre chez moi à vélo (parce que ça aussi, ça me fait peur), toute excitée.

"J’peux pas, je vais courir"

Le lendemain, rebelote, je m’inscris à un nouveau "run". Le midi, je vais quand même à la salle de sport, après tout, pourquoi pas : on m’a parlé de régularité, quoi de plus régulier que de se bouger toutes les douze heures. Le soir venu, je déchante un peu. J’ai choisi une allure plus rapide et je suis en fin de peloton. En plus, on est bien plus nombreux, des petits groupes sont déjà constitués, j’ai du mal à trouver des gens à qui parler donc je m’ennuie.

Au bout d’un moment, je trouve un groupe de filles avec qui discuter et le temps file de nouveau. J’aurais plutôt dû me trouver un groupe de parole, finalement. Je me demande si j’aurai le droit de téléphoner pendant le semi. C’est peut-être un peu tôt pour penser à ça parce que, en attendant, mes baskets sont trop petites et mes vêtements de sport ne sont clairement pas adaptés. Mes nouveaux comparses de course me le font remarquer à chaque fois.

Je comprends que les communautés de coureurs soient si soudées, ce n’est pas possible d’avoir des potes en dehors.

On est début février, ça fait dix jours que j’ai pris la décision et je pense mon emploi du temps selon les entraînements. Lundi midi : salle de sport, lundi soir : fractionné. Mardi : repos. Mercredi midi : salle de sport, mercredi soir : footing. Jeudi soir : basket. Mes week-ends étaient déjà remplis donc je n’ai toujours pas eu l’occasion de faire des "sorties longues" de 12 ou 15 kilomètres.

Je suis en même temps beaucoup trop préparée d'un côté, et entraînée n’importe comment de l'autre. En attendant, je ne vois plus trop mes amis. J’ai vraiment intérêt à le terminer, ce semi. Il reste un peu moins d’un mois pour s’en assurer.

*Le prénom a été modifié.

La suite de mes aventures est à lire ici et ici.

Et si vous voulez vous aussi vous lancer dans l'aventure, des plans d'entraînement sont dispo ici

Konbini sports, partenaire du Harmonie Mutuelle Semi de Paris. Plus d'infos et inscription ici !

À voir aussi sur sports :