AccueilStory

"Ce maillot est historique" : Chaker Alhadhur met aux enchères son maillot légendaire de gardien à la CAN

Publié le

par Abdallah Soidri

Dans une interview, le défenseur comorien nous a annoncé qu’il voulait mettre aux enchères au profit d’associations le maillot porté lors de Comores-Cameroun.

"Ce maillot est historique" : Chaker Alhadhur met aux enchères son maillot légendaire de gardien à la CAN

© Photo by Kenzo Tribouillard / AFP

Jusqu’au bout, Chaker Alhadhur a espéré un rétablissement d’Ali Ahamada pour ne pas jouer gardien de but contre le Cameroun, en 8e de finale de la CAN. Malgré un test négatif de l’ancien portier toulousain le jour J, un changement de règlement de la CAF a enterré les espoirs du défenseur de métier, qui a dû porter les gants le temps d’un match, et un maillot floqué au ruban adhésif.

Quelques jours après cette prestation historique, le joueur de l’AC Ajaccio revient sur cette compétition, la première des Comores, et ce match exceptionnel à bien des égards pour lui. Entretien.

Chargement du twitt...

Konbini sports | À froid, quel regard portes-tu sur cette première CAN des Comores ?

Chaker Alhadhur | J’ai un peu plus de recul maintenant, et je ressens toujours une grande satisfaction par rapport à ce qu’on a accompli. Je me projette vers 2023 [la prochaine CAN, en Côte d'Ivoire, ndlr] et il y a beaucoup d’excitation à l’idée de revenir en sélection pour vivre des moments encore plus forts.

Parmi toutes les compétitions que tu as disputées dans ta carrière, quelle place occupe cette Coupe d’Afrique des nations ?

En première position. De loin. C’est incroyable de participer à une compétition internationale avec son pays. Encore plus avec les Comores, on vient de si loin. Ça fait sept ans que je suis dans le groupe, on en a vécu des moments compliqués. Cette CAN est venue récompenser tout le travail qu’on a fait. C’est encore plus savoureux et spécial.

En 2019, vous échouez de peu à vous qualifier pour la CAN. Quand la campagne de qualification pour celle-ci a commencé, vous aviez bon espoir d’y arriver ?

Après l’échec de l’ancienne campagne (défaite 3-0 contre le Cameroun), on aurait pu ne pas s’en remettre, ce qui aurait été logique car on a reçu un gros coup derrière la tête. Mais ça a été tout le contraire. Quand la composition du groupe est sortie avec l’Égypte, le Togo et le Kenya, on s’est dit qu’on pouvait le faire. On a très bien commencé les deux premiers matches : victoire au Togo et nul contre l’Égypte. On était lancés. Puis la qualification est arrivée, c’était un très grand moment. Même si je n’ai pas pu y participer [il était blessé lors du match de la qualification contre le Togo, ndlr], c’était exceptionnel pour notre pays.

Comment est l’ambiance dans le groupe, avec des joueurs issus des quatre îles des Comores et de différentes régions en France ?

Je suis arrivé dans l’équipe il y a sept ans, en même temps que le coach Amir Abdou, Fouad Bachirou et Ben El Fardou. C’est à cette période que le groupe s’est créé et a commencé à se souder. Il n’y a jamais eu d’histoires sur les origines des gens. L’ambiance est extraordinaire. Dès qu’un nouveau arrive, c’est comme s’il avait toujours été là. On prie tous les jours ensemble. On est une famille. On ne fait pas de différence.

"Ils ne nous ont pas respectés"

Par exemple, j’ai beaucoup d’affinités avec Ben El Fardou, un Mahorais. Je n’y prête pas attention. Je ne le savais même pas au départ. On sait que les Comoriens aiment bien faire la différence [rires], on ne va pas se mentir. Mais dans l’équipe, on ne calcule pas ça. Autre exemple : Faïz Selemani vient de Paris et Ahmed Mogni est originaire de Marseille, et ils sont toujours ensemble. Je suis Nantais et je passe tout mon temps avec Youssouf M’Changama, un Marseillais. Il n’y a aucune différence, aucun clan.

Je reviens à cette CAN au Cameroun. Avant le premier match contre le Gabon, quel était l’état d’esprit dans le groupe ?

Il y avait beaucoup d’excitation : envie d’être sur le terrain, d’aider l’équipe et de jouer ce match à fond. Malheureusement, on a eu énormément de pression. On a voulu bien faire, mais on a déjoué. On ne fait pas un mauvais match dans l’ensemble. On a la possession de balle, mais elle est stérile. On n’a aucune occasion franche et le Gabon marque en contre. On n’arrive pas à égaliser donc on a des regrets après le match. Surtout qu’Aubameyang et Lemina n’étaient pas là.

Après, c’est le match contre le Maroc…

Il n’y avait pas grand-chose pour nous dans ce match. Sur le plan athlétique et technique, ils étaient au-dessus de nous. Tout le monde dans l’équipe le sait. Si Ben Boina n’avait pas été là, on aurait pris 6-0. Il a été sensationnel. Il arrive à être l'homme du match alors qu’on perd 2-0.

Après ce match, l’espoir d’une qualification en 8e de finale est alors très mince, mais toujours jouable. Vous y croyiez ?

On savait qu’il fallait se lâcher contre le Ghana. On était très motivés. En plus, André Ayew nous avait stimulés en disant qu’ils avaient déjà les 4 points avant d’avoir joué. Ils ne nous ont pas respectés. Ce match a été un déclic, parce qu’on n’avait pas encore marqué dans la compétition. On a changé de tactique : on a décidé de moins jouer, d’être plus sur les seconds ballons et de partir en transition.

© Chaker Alhadhur

Quand on marque le premier but, c’est historique et notre compétition commence vraiment. Puis le Ghana prend un rouge et on marque le deuxième but. C’est parfait. L’objectif était d’en marquer plusieurs pour soigner la différence de buts. Malheureusement, ils arrivent à revenir dans le match sur deux coups de pied arrêtés. Ça nous met un coup au moral, mais on marque finalement ce troisième but. On est tous contents sur le coup, mais à la fin de la rencontre, on est un peu abattus et tristes de s’être fait rejoindre après avoir mené 2-0. On a tout de même fêté la victoire, mais l’ambiance était bizarre.

Chargement du twitt...

Après la victoire contre le Ghana, vous attendez le résultat des autres matches, qui vous sont finalement favorables. Et vous tombez sur le Cameroun en 8e. Quelle est votre réaction quand vous découvrez votre adversaire ?

On se dit que ce sera compliqué. Le dernier match contre eux, on perd 3-0, chez eux. On savait que ce serait dur de les battre, mais on y croit. Et il y a cette mauvaise nouvelle qui s’abat sur nous, avec les douze cas de Covid. 

À ce moment-là, vous pensez à ne pas jouer le match ?

Le jour où on apprend les cas de Covid, on ne s’entraîne pas le matin. On discute entre nous et on en rigole. On se dit que ce n’est pas possible de jouer sans gardien. Mais l’entraîneur des gardiens nous prévient : "Essayez de savoir qui va aller aux cages. Préparez-vous, on ne sait jamais." Il le dit sur le ton de la rigolade, mais il est un peu sérieux quand même. Je dis que je peux joueur au but. Youssouf M’Changama aussi — il était trop chaud. Kassim Abdallah aussi, mais il n’avait pas encore passé son test. Faïz Selemani également, mais il était suspendu pour la rencontre.

À Yaoundé, on s’entraîne tranquillement, et on fait un petit jeu, comme des enfants au quartier. Il y avait un centreur, un gardien et des joueurs devant les cages. Celui qui prenait un but sortait et passait son tour, et ceux qui restaient le plus longtemps possible pouvaient possiblement être choisis comme gardien. Mais personne ne s’en est bien sorti. On était beaucoup devant le but, on allumait le gardien. Malgré ça, on espère toujours qu’un gardien soit négatif.

À la veille de match, on a une réunion, le coach adjoint dit : "Chaker, tu vas aller dans le but." Je n’étais pas au courant. On en parlait entre nous, pour rigoler, mais rien n’avait été décidé. Quand l’adjoint me dit ça, devant tout le groupe, j’ai un gros coup de chaud. Je pense qu’ils savaient déjà que j’allais aller au but. Je n’allais pas partir titulaire, donc ce serait forcément un remplaçant et quelqu’un d’expérience qui peut s’intégrer comme libéro pour les relances. À l’entraînement, l’entraîneur des gardiens me confirme que ce sera moi. Je suis obligé de mettre les gants. C’est bizarre, mais on met en place le plan de jeu.

Qu’est-ce qui se passe dans ta tête quand on te confirme que tu vas jouer gardien de but ?

Dans ma tête, je me dis que jamais je ne jouerai gardien. Le soir avant le match, à 17 heures, on apprend que le CAF a changé la réglementation : un joueur positif doit rester cinq jours dans sa chambre. Mais la Tunisie a réussi à obtenir une dérogation. On se dit que c’est bizarre, mais on est confiants sur le fait qu’on en aura une. Même si je pense que c’est impossible que je joue gardien, je me prépare et je préviens ma famille et mes amis. Mon père comprend, mais pas ma mère. Elle me dit : "Ce n’est pas ton poste. Je ne suis pas d’accord."

"Qu’est-ce que t’es en train de faire, Chaker ?"

Le lendemain, jour de match, au petit déjeuner, le directeur sportif arrive en serrant le poing : "Ali Ahamada est négatif." Je suis rassuré, je ne vais pas jouer. Mais il me dit de rester concentré, car on ne sait jamais. Youssouf M’Changama devait savoir que j’allais jouer, car à chaque fois il me disait : "Chaker, c’est toi le gardien." Le temps passe et toujours pas de nouvelles.

Au final, L’Équipe sort l’information : Ali Ahamada ne peut pas jouer. Même si c’est officiel, qu'Ahamada ne peut pas rentrer dans le stade, je crois toujours qu’il y aura une dérogation. Dans le bus pour aller au stade, je commence à stresser. Sur tout le trajet, je suis au téléphone avec ma mère et mon frère. Elle me dit : "Chaker, tu peux encore refuser." Mentalement, je n’étais pas bien.

On arrive au stade, je lui dis que je vais jouer, il y a 99 % de chances que ça arrive. Elle me souhaite bonne chance. On part à l’échauffement, et je dis au staff que je fais l’entraînement des joueurs titulaires, pas des gardiens. Dans le stade, ils sont tous surpris. Les gens ont su que je jouerai gardien quand les caméras ont commencé à me filmer. À ce moment-là, Youssouf M’Changama me dit à l’oreille : "Je crois qu’ils savent que c’est toi."

Avant le début du match, quand il n’y avait plus de doutes sur le fait que tu joues gardien, comment tu te sens ?

À la base, dans le vestiaire, il y avait mon maillot blanc de joueur. Après l’échauffement, quand on revient, on me donne les gants, le maillot et le short bleus. Je me rends compte que c’est réel. Je vais vraiment jouer gardien. C’est inédit dans l’histoire du foot ce qui se passe, qu’un joueur débute un match, un 8e de finale, comme gardien de but. Plus jeune, je n’ai jamais joué à ce poste. Si on m’a pris, ce n’est pas pour mes qualités de goal, mais pour jouer libéro. En plus, quand je sors du vestiaire, on me dit que je ne peux pas jouer avec le numéro 16.

On te dit quoi exactement ?

Les responsables de la CAF et l’arbitre disent que je dois jouer avec mon numéro 3, pas le 16. On bricole ça au scotch avec les kinés, ça nous met très en retard dans le protocole, d’où les amendes. Tout le monde était dans le hall et prêt. J’arrive, tout le monde me regarde. Je suis là, je ne suis pas grand, avec un maillot pas à ma taille, je vais jouer gardien alors que je ne suis pas gardien. Mes partenaires rigolent. Moi, j’ai la pression. On me dit de me placer derrière le capitaine, mais je voulais être tout derrière. Après, c’est l’hymne national, puis la photo d’équipe. Ensuite, je vais près du banc pour mettre mes gants. Je me dirige vers mes buts, et là, grand moment de solitude.

Je me pose mille questions. "Qu’est-ce que t’es en train de faire, Chaker ? Tu vas en prendre 6. Tu vas faire plein de bourdes. Ce n’est pas ton poste." J’ai eu peur qu’ils m’allument. Mais pendant le match, je réalise une première sortie de la tête, elle me met bien et me permet de rentrer dans le match. Mes partenaires ont senti que j’étais là, ça les a rassurés. Derrière ils font un match exceptionnel. On a pourtant pris un rouge assez tôt, mais à dix, on était encore meilleurs.

Quand tu voyais les attaquants camerounais arriver dans la surface, tu te disais quoi ?

Je ne me prenais jamais pour un gardien. J’étais joueur de champ. Si je faisais un arrêt, c’était exceptionnel. Tous mes arrêts étaient à l’instinct. Il n’y avait rien d’académique, c’était moche, mais c’est ce qui est beau. J’étais content parce que je permets à mon équipe de rester dans le match. On n’est pas passés loin.

Chargement du twitt...

Quand Youssouf M’Changama marque et réduit l’écart, tu crois à l’égalisation ?

Quand il marque, il crie à la caméra "c’est pas fini, c’est pas fini". Les Camerounais, je les vois, ils ne sont pas bien, ils tremblent. L’arbitre donne 3 minutes de temps additionnel, ce n’est pas assez. Et en plus il siffle avant la fin.

De ce match, on retient surtout le fait que tu as joué gardien et ton maillot avec le numéro au ruban adhésif. Parmi tous les maillots que tu as portés dans ta carrière, quelle place occupe celui-ci ?

Ce maillot est différent. Mon premier maillot pour mon premier match en pro a de l’importance aussi, mais celui-ci, c’est autre chose. C’est celui de mon pays, un maillot de gardien, avec du ruban adhésif dessus, en 8e de finale de la CAN. Il a tout pour être symbolique. Il a une histoire. Dans l’histoire du football, il a une histoire.

Qu’est-ce que tu vas en faire de ce maillot ?

Je souhaite le vendre aux enchères et l’argent ira au profit de quatre associations : Sourire d’orphelins, Humanipedie et deux associations aux Comores, pour les enfants handicapés et les enfants en difficulté. J’espère aller aux Comores au mois de mars pour voir le peuple et les deux associations. Je suis très content de pouvoir les aider.

Après ce match et la compétition, j’ai pris conscience de beaucoup de choses dans ma vie. Ce qu’on a réalisé va au-delà du football. Avec nos armes et les valeurs qu’on a véhiculées ce soir-là, on a réussi à combattre et respecter le football face à une grande nation comme le Cameroun. Ce match est très symbolique, car on a montré que les Comores étaient une très bonne nation, et on a montré au monde entier les valeurs qu’on véhicule. J’ai l’impression que tout le monde nous aime. Ça va au-delà du football, j’étais obligé de redonner.

"Si on m’avait dit que les Comores allaient gagner, j’aurais pu y croire"

Tu l’as dit, ta performance est historique. En jouant gardien, presque libéro, est-ce que tu penses avoir révolutionné le football ? À l’avenir, tu imagines qu’on puisse mettre un joueur de champ au but pour avoir plus la possession ?

Avec mes coéquipiers, on rigolait en disant qu’on avait révolutionné le football. Je suis sûr que Pep Guardiola serait capable de le faire. Je ne sais pas pourquoi, mais j’en suis sûr. Mais ça reste compliqué. J’avais beaucoup de pression, parce que je me disais qu’un joueur pouvait me lober, donc je restais toujours attentif [rires]. Après le match, j’ai dit à Ali Ahamada que plus jamais je ne le taillerai. C’est un vrai métier.

Si la situation se présentait à nouveau, tu te porterais volontaire pour porter les gars ?

Je n’imagine même pas en club, mais en sélection, s’il n’y a plus de gardien, pourquoi pas. Je suis le quatrième gardien [rires]. Si on m’avait dit que les Comores allaient gagner ou aller en finale de la CAN ou de la Coupe du monde, j’aurais pu y croire. Mais ce que j’ai fait, c’est impossible.

À voir aussi sur sports :