AccueilInternational

En Australie, un rapport accablant dévoile les abus sexuels et la maltraitance dans la gym

Publié le

par Axel Savoye

© Andre Ouellet/Unsplash

"Les abus se sont produits sur une période autour de mes 8-9 ans."

Le monde de la gymnastique est une fois de plus entaché par un nouveau scandale d’abus sexuel à l’échelle nationale. Après la Grande-Bretagne et les États-Unis, où Larry Nassar a été accusé d’avoir abusé de pas moins de 265 gymnastes, c’est au tour de la gym australienne d’essuyer des accusations de harcèlement, d’agression sexuelle et de maltraitance envers des enfants.

Une enquête indépendante commissionnée par la fédération australienne de gymnastique et menée par la Commission australienne des droits de l’homme dresse un constat accablant.

Avec des faits abjects et des témoignages glaçants, le rapport dessine un portrait épouvantable de la pratique de la gym sur ces dernières décennies. Dans l’optique d’avoir un corps idéal et de gagner à tout prix, plusieurs gymnastes prépubères sont passés par des torsions excessives du corps pour gagner en souplesse et des actes de body shaming, sans compter les agressions sexuelles. En Australie, l’âge moyen des gymnastes est de 8 ans, et ce car il est considéré qu’ils atteignent leur apogée avant la puberté, selon le rapport.

Près de 200 athlètes ont apporté leur témoignage et ont ainsi mis en lumière la face sombre de la gymnastique australienne :

"[L’entraîneuse] m’étirait au point que je voulais mourir. La douleur était atroce… Si je me crispais ou pleurais à cause de la douleur, elle comptait plus lentement", se souvient une ancienne gymnaste.

"Souvent, lorsque nous nous étirions dans le gymnase, [l’entraîneur] avait une érection, que je sentais qu’il poussait répétitivement sur mes hanches ou mon dos en grognant et en soupirant", explique une autre.

"Les abus se sont produits sur une période autour de mes 8-9 ans. L’abus, le sexe et la défense des droits m’étaient complètement étrangers à cette époque. Cet homme a abusé de moi de diverses manières, souvent avec ma mère dans la pièce", raconte une gymnaste abusée par son massothérapeute.

"La première fois qu’on m’a traitée de grosse à l’AIS [l’Institut australien du sport, ndlr], j’avais 11 ans et je pesais 22 kg. Une autre fille de mon groupe avait été traitée de grosse à 9 ans, alors qu’elle pesait 18 kg. Cela montre bien que peu importe notre apparence ou notre poids, on nous traitait de grosse."

Suite à ce scandale, la fédération australienne de gymnastique a "présenté ses excuses sans réserve à tous les athlètes qui ont été victimes d’abus ainsi qu’aux membres de leur famille". Elle a aussi promis d’adopter les 12 recommandations proposées par le rapport.

Konbini Sports avec AFP

À voir aussi sur sports :