AccueilStory

En Angleterre, un rugbyman fait son coming out et révèle sa bisexualité

Publié le

par Lisa Drian

© Levi Davis/Instagram

Son ancienne équipe de Bath a très bien accueilli la nouvelle.

L’ancien joueur de l’équipe de Bath en Angleterre, Levi Davis, a annoncé ce dimanche sa bisexualité dans les colonnes du Mail on Sunday, une première pour un joueur en activité. Le rugbyman de 22 ans, qui évolue désormais dans le club d’Ealing Trailfinders (2e division) a eu beaucoup de mal à avouer son orientation sexuelle, qui l’avait conduit à une dépression.

Avant cette révélation dans la presse, l’ancien international U18 et U19 l’avait annoncé à tous ses coéquipiers dans un message WhatsApp groupé qui disait : "Salut les gars. Je veux juste vous dire quelque chose qui me bouffe de l’intérieur depuis quatre ans. Je veux être franc et honnête avec vous, comme ami et comme partenaire. Je suis bisexuel. Je le sais depuis mes 18 ans", avant de conclure, avec humour : "aucun d’entre vous n’est dans mon radar… donc tout va bien".

Soutenu par ses coéquipiers

Les réponses ont tout de suite été positives et ses coéquipiers très compréhensifs. "Mon pote, nous te soutenons", "tu es très courageux", "cela ne change rien" ont directement répliqué ses amis. De quoi soulager le joueur de 22 ans qui appréhendait le moment mais qui, en même temps, n’arrivait plus à garder le secret.

"Je l’avais bien caché mais je ne pouvais plus garder ce secret. Je devais leur dire à tous, pas seulement à quelques-uns. Je ne voulais pas que cela se transforme en chuchotements", dit-il. "Alors, sous l’impulsion du moment, je l’ai mis sur notre groupe WhatsApp", explique-t-il au journal en ligne.

C’est donc un grand soulagement pour le rugbyman qui n’a plus à se méfier du regard des autres : "Je ne sais pas encore où je vais, mais en parlant aujourd’hui, je peux marcher main dans la main avec qui je veux et cela n’a plus d’importance", confie-t-il.

Le joueur sait bien qu’il devra affronter les réseaux sociaux et notamment Twitter, mais se rassure, "dans l’ensemble, le pays est beaucoup plus tolérant et moins homophobe qu’il y a dix ans". Il est vrai que la caricature du joueur de rugby macho et viril a bien changé et n’est plus d’actualité, et c’est tant mieux.

À voir aussi sur sports :