Quel impact la suspension des compétitions a-t-elle sur les athlètes ?

On a posé la question à un coach mental.

Suspension, report, voire peut-être même annulation de compétitions sportives, le coronavirus bouleverse les athlètes. Mais quel impact peut-il avoir psychologiquement sur eux ? Entretien avec Ludovic Savariello, coach mental, entre autres, de plusieurs joueurs de l’équipe de France et de joueurs de football américain.

Konbini Sports ⎜Quelle est la conséquence première d’une telle suspension de championnats et de compétitions sportives ?

Publicité

Ludovic Savariello ⎜Tout dépend d’abord dans quel schéma sportif se trouve la personne. Il y a deux catégories. La première concerne les athlètes qui se préparent pour les Jeux olympiques. Pour eux, il n’y a pas de compétition plus élevée que les JO, donc l’impact est très important. Aujourd’hui, on ne sait pas s’ils vont avoir lieu. Ces sportifs-là sont donc dans une incertitude, au beau milieu d’une préparation qui dure depuis quatre ans.

La seconde catégorie concerne ceux qui disputent un championnat, comme les footballeurs. Pour eux, cette suspension ne remet pas en cause leur carrière. C’est simplement une remise en question de leurs objectifs.

Où est la difficulté ?

Publicité

Ils passent d’un extrême à un autre. D’une intensité élevée, que ce soit dans la compétition, la pression, les entraînements, à quasi rien. C’est un peu comme un coup de blues. Vous arrivez dans un vide et il faut aménager ce vide. C’est là que la préparation mentale peut aider. Par exemple, si vous visualisez un entraînement, vous stimulez les mêmes parties du cerveau que lorsque vous faites réellement les exercices. Par conséquent, ça va aussi stimuler les muscles.

Comment garder les athlètes dans un esprit de compétition ?

Tous ces sportifs ont quelque chose en commun : ils sont centrés sur des objectifs à atteindre, ils sont clairs et l’athlète est en général programmé pour réussir. Il doit donc visualiser et garder en ligne de mire le prochain objectif. Il doit se dire : je dois être au top, ne pas me disperser et travailler systématiquement.

Publicité

Donc il n’y a aucun risque de décompression ?

À ce niveau-là, il y a 9 chances sur 10 que non. Ils ont un encadrement, et puis tout le monde est à l’arrêt, au même point. C’est un désavantage collectif.

Justement, sur un collectif, quel impact ça peut avoir ?

Publicité

Qui dit équipe, dit mentalité. Tout dépend de ce que cette équipe va faire de la situation, que ce soit individuellement et collectivement. En fait, en ce moment, il y a un changement de vie pour tout le monde. Ce qu’il va se passer, c’est que le cerveau va "coder" cet événement. Il va sûrement lui donner une place plus importante qu’elle ne devrait.

Concrètement, si vous faites le test, en pensant au contexte actuel, vous allez certainement visualiser une image énorme dans votre tête. Conséquence : beaucoup d’émotions vont arriver. Mais si une équipe, par exemple, fait un travail avec l’entraîneur, le staff, on peut remettre cet événement à sa place, lui redonner une taille moins importante, pour que l’image prenne une place normale dans le cerveau. C’est comme ça que ce collectif-là, cette équipe, peut rebondir. Ce qui fait le propre d’un champion, c’est aussi sa capacité à se relever.

Quels conseils donneriez-vous à ces athlètes ?

Allier préparation physique à un état d’esprit fort, qui permette de surmonter l’adversité. Il faut s’imaginer en train de reprendre la compétition, se projeter dans le futur. Il ne faut surtout pas considérer cette période comme infinie. Il faut de l’énergie pour se focaliser sur ses objectifs.

On pourrait dire ça à tout le monde, non ?

Oui ! Ce qu’il se passe actuellement va nous changer, va changer notre perception du monde. Maintenant, il faut se demander quels objectifs on se fixe pendant cette période et pour l’après.

Interview réalisée par Mathilde Brun.

Par Konbini Sports, publié le 19/03/2020