AccueilLifestyle

On a testé un cours de danse en talons chez Dancefloor Paris

Publié le

par Nina Iseni

© Dancefloor Paris

Et malgré les courbatures le lendemain, on a adoré.

Quand on m’a annoncé la semaine dernière que j’allais tester un cours de danse en talons hauts, je me suis trouvée partagée entre deux émotions. D’un côté, j’étais ravie de pouvoir essayer quelque chose de nouveau, de l’autre, j’avais une peur bleue de me retourner les deux chevilles et de devoir demander un arrêt maladie de deux mois. Mais la curiosité a vite pris le dessus, et c’est avec enthousiasme que j’ai sauté sur l’occasion et accepté la proposition.

Je quitte donc la rédaction un jeudi soir avec une certaine appréhension, mes affaires de sport et les fameux talons hauts dans mon tote-bag, et je me rends chez Dancefloor Paris pour un cours de heels cabaret. En sortant du métro à la station Père Lachaise, je me dirige vers la rue du Chemin-Vert, petite artère animée du 11e arrondissement de Paris où se côtoient restaurants, bars, supermarchés et épiceries. Après quelques minutes de marche, je me retrouve devant la salle de danse, où, à l’entrée, un panneau de trottoir m’invite à "trouver ma Beyoncé intérieure".

© Konbini Sports

C’est Rachel Vanier, ancienne directrice de communication, qui m’accueille dans cet antre de 400 m² dédié à la danse. Rachel a fondé Dancefloor Paris avec une amie d’enfance, Fanny Seroka, ex-avocate. À l’origine, les deux jeunes femmes proposaient des cours en ligne pendant le confinement, ces derniers ont connu un franc succès. Puis lorsque ça a été possible, elles ont ouvert leur salle et proposent aujourd’hui une multitude de types de danse (classique, jazz, afro-oriental…) enseignés par des professeurs qui viennent de partout à travers l’Europe. 

Autour d’un petit jus servi dans le café à l’entrée de la salle, je me livre à Rachel et lui explique que je n’ai pas fait de danse depuis très longtemps. Elle me rassure en m’expliquant que le cours que je m’apprête à faire est ouvert à tous les niveaux. L’objectif principal, c’est de s’amuser. Je me dirige donc vers les vestiaires, décorés de tableaux aux inspirations pop, pour me mettre en tenue de sport. Je remarque des douches ainsi qu’un sauna vers le fond de la salle, "après l’effort le réconfort". Je remonte et m’installe dans un des studios en attendant la professeur de danse, Oriane Duchesne, ancienne danseuse du Crazy Horse. 

© Dancefloor Paris

Dans le studio, nous sommes une dizaine. Après un échauffement, on enfile les talons et Oriane commence à nous apprendre une chorégraphie en scandant "allez les filles !" à intervalles réguliers. Je me dis alors que j’aurais dû reprendre le sport un peu plus tôt. Tout notre corps est mobilisé : abdos, fessiers, cuisses, mollets… On transpire, on souffre (un peu), mais on s’éclate. Étonnamment, ce n’est pas le fait de se mouvoir en talons qui est le plus difficile, mais plutôt la posture et l’attitude à adopter, deux choses primordiales lorsque l’on s’essaye à la danse de cabaret. Alors qu’on était un peu timides au départ, la bonne ambiance qui règne dans la salle et la bienveillance de la prof nous mettent à l’aise, et petit à petit on commence à se lâcher. 

Au-delà de l’aspect purement sportif, ce cours de danse est une ode à l’acceptation de soi et de son corps. Il n’y a aucun jugement, et l’objectif c’est avant tout de se sentir bien. Le cours de heels cabaret est donc la définition du kiff et du feel good, deux valeurs qu’essaye de transmettre Dancefloor Paris. À la fin du cours, on enchaîne plusieurs fois la chorégraphie qu’on vient d’apprendre, on se trompe parfois, mais ce n’est pas grave, l’entrain des uns encourage les autres à s’éclater. À la fin, on en ressort lessivés, mais avec le sourire aux lèvres. 

© Dancefloor Paris

Quand je retourne dans les vestiaires, je discute avec deux filles qui étaient également au cours de heels cabaret. Morann a découvert Dancefloor Paris sur Instagram. Elle m’explique qu’elle fait le trajet depuis la banlieue parisienne pour les cours tant elle apprécie l’ambiance ici. Elle avait testé d’autres salles de danse mais elle trouve celle-ci bien plus intimiste. Aurore, de son côté, a 10 ans d’expérience en danse classique. Elle avait envie de reprendre la danse après un arrêt, mais voulait faire quelque chose de complètement différent, elle s’est donc tournée vers le heels cabaret. Quoi qu’il en soit, on est toutes les trois ravies de cette expérience, et on a bien envie d’y retourner. 

Si vous aussi vous voulez tester les cours de Dancefloor Paris, rendez-vous au 112 rue du Chemin-Vert, 75011, Paris. Réservations et informations sur leur site

À voir aussi sur sports :