AccueilFoot

Voici les 5 gros enjeux de l’Euro 2020

Publié le

par Tidiany M'Bo

REUTERS/Christian Hartmann

Que ce soit pour les nations ou les joueurs, cet Euro constitue l’occasion de marquer un peu plus l’histoire de la compétition.

La 16e édition du championnat d’Europe des nations se lance enfin cet été, avec un décalage d’un an en raison de la crise sanitaire. Mais cela n’a pas réduit son intérêt, bien au contraire. Avec un public qui devrait à nouveau peupler les stades, l’événement ne manque pas d’enjeux, au-delà de la victoire finale. Qu’il s’agisse de records personnels ou d’une place à prendre dans l’histoire, voici 5 enjeux qui rythmeront la compétition.

La France parmi les nations les plus titrées ?

C’est un club très sélect que visent les Bleus cet été : rejoindre l’Allemagne et l’Espagne parmi les nations les plus titrées du continent, avec trois victoires chacune. Les Français, qui ont gagné le tournoi deux fois, en 1984 puis en 2000, ont déjà touché du doigt cette opportunité : c’était il y a cinq ans, lors de la dernière édition, et cette triste finale perdue à domicile contre le Portugal (0-1, a.p). Il s’agissait de la première fois que la France perdait une finale dans le tournoi. Les Allemands (3 finales perdues) et les Espagnols (une) ont eux aussi connu pareille mésaventure dans l’histoire.

France et Portugal pour un doublé

Il y aura pour les Bleus un autre enjeu majeur, celui de réussir à nouveau le doublé Coupe du monde-Euro. Un exploit qu’ils ont été les premiers à réaliser dans l’histoire, en enchaînant les succès de 1998 puis 2000. Cette perf a depuis été égalée puis surpassée par la grande Espagne des années 2010, qui a réalisé le triplé Euro 2008-Mondial 2010-Euro 2012. En remportant l’Euro 2020, la France ferait donc d’une pierre deux coups en confortant sa place parmi les grandes nations du foot continental.

La France n’est pas la seule, puisque le Portugal vise lui aussi un doublé historique. Pour les Lusitaniens, il y a d’abord en jeu un 2e trophée international d’envergure, ce dont disposent la plupart des grands pays à l’échelle continentale (Allemagne, Espagne, France, Italie). Mais il y a également la possibilité d’imiter le voisin espagnol en devenant la 2e équipe de l’histoire à conserver son titre après la Roja, vainqueur en 2008 puis 2012.

Belgique, Angleterre : aurons-nous un nouveau vainqueur ?

Le club des vainqueurs de grandes compétitions internationales est un cercle fermé, au sein duquel les nouveaux membres ne sont que rarement invités. C’est principalement le cas en Coupe du monde (21 éditions pour 8 vainqueurs différents), un peu moins pour l’Euro (15 éditions pour 10 vainqueurs différents), qui a notamment connu deux nouveaux lauréats lors des quatre dernières éditions (Grèce 2004, Portugal 2016). L’édition 2021 peut-elle à nouveau consacrer une nouvelle nation ? Par rapport à leur dynamique et aux forces en présence, deux équipes semblent pouvoir y prétendre : l’Angleterre et la Belgique.

Les Belges, dont la trajectoire est ascendante depuis près d’une décennie, espèrent que leur génération dorée (Courtois, De Bruyne, Lukaku, Hazard) sera récompensée, après la déception de 2016 puis 2018 où ils figuraient parmi les grands favoris. Ils n’ont joué qu’une seule finale d’Euro, perdue contre la RFA en 1980. Quant aux Britanniques, revenus en 2018 dans le dernier carré d’une grande compétition pour la première fois depuis 1996, ils espèrent capitaliser sur une génération montante (Rashford, Mount, Foden…) pour offrir à leur public un 2e trophée international (seulement). L’Angleterre, nation à avoir pris part au plus grand nombre d’éditions de l’Euro (9) sans avoir jamais gagné le titre ni même joué de finale, accueillera le final four de cette édition 2021 à Wembley.

CR7 peut rejoindre Casillas… et dépasser Platini

Il n’y a pas que les nations qui visent des records, puisque certaines individualités pourraient profiter de cet Euro pour conforter leur place dans les livres d’histoire. C’est le cas de Cristiano Ronaldo, qui à lui seul pourrait faire tomber deux records très symboliques. Le Portugais, qui détient déjà le record de minutes (1 793) et de matches joués dans un Euro (21), peut rejoindre Iker Casillas, seul joueur jusqu’ici à avoir pris part 5 fois à un championnat d’Europe. Autre record et non des moindres pour CR7, celui du nombre de buts marqués, qu’il partage actuellement avec Michel Platini (9). Un petit but, et il serait seul au classement des buteurs historiques de cette compétition.

La Mannschaft, c’est carré

D’autres records plus "secondaires" seront en jeu. Au rang des nations, l’Allemagne, qui n’a plus gagné la compétition depuis 1996, visera un 4e sacre afin d’occuper seule la tête du palmarès. En cas de demi-finale, la Mannschaft deviendrait également la 2e nation de l’histoire à atteindre le dernier carré sur 4 éditions d’affilée (après 2008, 2012 et 2016), ce que seule l’Union soviétique est parvenue à faire (en 1960, 1964, 1968 puis 1972).

Côté joueurs, Sergio Ramos jouait lui aussi sa place dans les livres d’histoire. L’Espagnol pouvait devenir le premier joueur à remporter 3 fois l’Euro, et il avait également en ligne de mire le record du nombre de matches gagnés (11), détenu par ses compatriotes Andrés Iniesta et Cesc Fabregas (actuellement 10). Mais le défenseur du Real Madrid, pas suffisamment en forme, ne figure pas dans les joueurs retenus par le sélectionneur espagnol, Luis Enrique.

À voir aussi sur sports :