AccueilFoot

Une enquête a été ouverte par le parquet après le chaotique Nice-Marseille

Publié le

par Konbini Sports

© Valery HACHE / AFP

Une triste publicité pour la Ligue 1.

Une enquête a été ouverte après les incidents qui ont conduit à l'interruption du match de football de Ligue 1 Nice-Marseille dimanche soir, a indiqué lundi à l'AFP le parquet de Nice. "Une enquête est en cours, mais il n'y a pas de garde à vue" à ce stade, a précisé le parquet. Dans un communiqué, la LFP a annoncé que les deux clubs étaient convoqués en commission de discipline le 25 août.

Le match Nice-Marseille a été arrêté dimanche une heure et demie, après que des supporters ont envahi le terrain à la suite d'un incident qui a enflammé la rencontre : une énième bouteille en plastique lancée sur le joueur marseillais Dimitri Payet, que ce dernier a renvoyée vers la tribune.

Un cordon de sécurité de stadiers, vêtus de gilets jaunes, a essayé d'arrêter les supporters, mais des coups ont été échangés à différents endroits du terrain, dans une mêlée entre joueurs des deux équipes, supporters et stadiers. Nice menait 1-0, mais le match ne s'est pas terminé : après 90 minutes d'atermoiements, la rencontre a été définitivement arrêtée quand l'arbitre a constaté l'absence des Marseillais.

"La Ligue (LFP) a décidé de faire reprendre le match. On a décidé pour la sécurité de nos joueurs, qui ont été agressés lors de l'envahissement du terrain, de ne pas reprendre car la sécurité de nos joueurs n'était pas garantie", a expliqué le président de l'OM, Pablo Longoria, dans une vidéo transmise aux médias. "L'arbitre était avec nous, il nous a confirmé à (l'entraîneur) Jorge Sampaoli et à moi que la sécurité n'était pas garantie et avait décidé d'arrêter le match", a poursuivi le dirigeant. "Ce qui est passé aujourd'hui est complètement inacceptable, on doit faire un précédent pour le foot français", a insisté le dirigeant espagnol, appelant à des sanctions.

Nice voulait reprendre la partie. "Je sais très bien que le match aurait pu reprendre. J'étais persuadé que cela se passerait très bien, a déclaré de son côté le président niçois Jean-Pierre Rivère. Malheureusement les Marseillais n'ont pas souhaité reprendre le match. Dont acte."

À la suite des incidents de Montpellier-Marseille (victoire 3-2 de l'OM), la tribune de la Butte Paillade, habituellement occupée par les ultras, était suspendue pour le match de dimanche contre Lorient.

AFP.

À voir aussi sur sports :