AccueilFoot

L’œil du footix : "On était à la buvette au moment du but de la Croatie"

Publié le

par Lucie Bacon

"Catherine a passé plus de temps à filmer les joueurs qui s’échauffaient qu’à regarder le match."

L’œil du footix : "On était à la buvette au moment du but de la Croatie"

Photo by Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

C’était respectivement la première et deuxième fois qu’Amira et Catherine assistaient à un match de foot. Ce lundi soir, ces deux journalistes de Konbini, absolument pas spécialisées dans le sport, se sont rendues au Stade de France pour assister, malheureusement, à la défaite des Bleus face à la Croatie. Elles nous racontent.

Catherine | Lorsque l’on était à l’extérieur, on entendait l’ambiance. Comme on avait faim, on s’est demandé si on prenait quelque chose aux food trucks à l’extérieur ou si on entrait dans le stade pour voir l’entrée des joueurs. Finalement, on a fait la queue pour le food truck, mais il n’y avait plus de sandwich. Il y avait tellement de monde qu’on a pu rentrer dans le stade par une autre porte que la nôtre. L’ambiance, le bruit du public… On était trop excitées ! On était en train d’entrer quand il y a eu "La Marseillaise". Et comme on n’avait pas pris à manger à l’extérieur, on a commandé en arrivant. On était à la buvette au moment du but. Ça ne faisait même pas cinq minutes que ça avait commencé ! Donc on n’a pas vu le but, à part à la télé qu’il y avait au comptoir de la buvette.

On est ensuite allées s’asseoir… Le monde ! C’était impressionnant ! On ne se rend pas forcément compte à la télé, mais c’est vraiment fou avec l’ambiance. On était trop contentes. Le mec à côté d’Amira faisait un peu de manspreading, il prenait toute la place avec ses jambes, du coup, elle était un peu au bout de sa vie.

Près de nous, il y avait le kop des supporters français, donc nous, de temps en temps, en fonction des actions, on réagissait vraiment. On a aussi fait la ola, seulement un tour car il y a eu une action au 2e tour.

"Je voulais que Pavard sente que j’étais là pour lui"

Mon coup de cœur ? Pavard ! Quand il s’échauffait, j’ai dégainé mon téléphone et j’ai filmé direct. Quand il est rentré, j’ai crié son nom, pas trop fort car je sais que plein de gens le trouvent, entre guillemets, nul, mais je voulais qu’il sente que j’étais là pour lui.

Un joueur qui m’a déçue, c’est KB9, enfin KB19 en équipe de France. Il a eu plein d’occasions, il pouvait vraiment y aller comme il fait à Madrid, et là, à chaque fois, il n’arrivait pas à aller au bout des actions. C’était un peu frustrant, comme Mbappé aussi, d’ailleurs.

En première mi-temps, les Bleus se laissaient mener par les Croates, ils subissaient, ils défendaient plus qu’ils n’attaquaient, et ça, ça m’a saoulée. Et dans la défense des Bleus, contrairement à celle des Croates qui était un mur, il y avait beaucoup de trous qui permettaient aux Croates de taper des accélérations. Plusieurs Croates se sont retrouvés seuls face au gardien.

En seconde période, ils ont dû se faire remonter les bretelles, et ils y sont allés plus franco, plus dans l’attaque. On voyait mieux, en plus, car le but était de notre côté, jusqu’au bout on y a cru. On devait avoir un penalty à un moment, mais on ne l’a pas obtenu, ça nous a trop fait rager.

Au final, on n’a pas été trop déçues, car l’ambiance était là, et j’espère qu’ils reviendront d’attaque pour le prochain match et pour la Coupe du monde.

"Comme le stade est grand, le terrain paraît tout petit, j’avais l’impression d’assister à un match de club de quartier"

Amira | C’était trop bien ! On s’est dit à un moment que le terrain paraissait moins impressionnant qu’à la télé : comme le stade est grand, le terrain paraît tout petit, j’avais l’impression d’assister à un match de club de quartier, d’autant qu’on était tout près. D’ailleurs, Catherine a passé plus de temps à filmer les joueurs qui s’échauffaient qu’à regarder le match. Aussi, je trouvais ça trop mignon que les deux tribunes se répondent. Au départ, on a préféré manger que regarder le début du match. La saucisse de Catherine était grise. [Catherine la coupe : 'Ah, d’ailleurs, j’ai eu mal au ventre, après.']

Les vingt premières minutes, je faisais des stories, après il ne se passait pas grand-chose. La deuxième mi-temps, il se passait beaucoup de trucs, il y avait des moments cool où ils enchaînaient les actions et des moments où je baillais. Mais surtout, j’aimais bien écouter les gens autour de moi. En fait, j’étais plus concentrée sur les tribunes que sur le terrain. Il y a un mec qui disait : 'Putain, je regrette d’avoir mis 60 euros dans un maillot.' Il y avait beaucoup de vulgarité que je ne peux pas retranscrire ici. Le mec à côté de moi m’écrasait, il m’a poussée pendant une action ratée, j’ai dit : 'Ohhh' et il m’a dit : 'Ah désolée j’étais trop à fond.' À un moment, un joueur a fait une danse autour du ballon, c’était très joli ! [Catherine : 'C’était Kylian Mbappé !']

Les joueurs n’arrêtaient pas de tomber et à un moment, il y en a un, personne n’est allé le voir, personne ne l’a calculé, et il s’est relevé. On s’est dit que c’était comme les enfants, si tu ne vas pas les voir en disant 'Oh mon pauvre chéri', ils se relèvent.

Finalement, le match est passé vite ! J’y retournerai, c’est sûr, en loges une prochaine fois, j’espère !

Article rédigé dans le cadre d’une invitation par Topps.

À voir aussi sur sports :