AccueilE-Sport

Sur Football Manager, il simule 10 saisons de l'OM racheté par le prince saoudien

Publié le

par Abdallah Soidri

Le stade Vélodrome avant OM – PSG, en 2015 (© AFP)

La quête de la 2e étoile.

Le rachat de l’OM par le prince saoudien Al-Walid ben Talal a été le feuilleton de l’été en Ligue 1. Si le club marseillais est resté sous pavillon américain, cet épisode de spéculation autour du changement de propriétaire a donné au youtubeur Expérience Foot l’idée de simuler dix années sur Football Manager 2019, pour voir l’évolution de l’OM si le prince avait investi 500 millions d’euros.

Premier enseignement de cette simulation : grâce à l’argent injecté, l’Olympique de Marseille change rapidement de dimension pour devenir un prétendant annuel au titre en Ligue 1 et un gros d’Europe. L’effectif s’améliore aussi grandement, avec l’arrivée dès la première saison de Lautaro Martinez. Durant ses dix années à Marseille, l’attaquant argentin va tout simplement devenir l’un des meilleurs joueurs du monde, en attestent ses multiples saisons à plus de 30 buts et ses nombreux Ballons d’or.

Le groupe de joueurs va continuer à s’enrichir au fil des années, avec des grosses pointures et des pépites virtuelles (les fameux regen de Football Manager) et réelles. À noter, l’arrivée en 2023 de Zidane à l’OM – pas Zinédine mais Luca – comme gardien de but. À la tête de cette équipe compétitive, c’est toujours André Villas-Boas. Sous sa direction, l’OM va remporter ses premiers titres (Coupe de France, Ligue 1, Trophée des champions). Mais en 2025, le technicien portugais va laisser sa place à un autre entraîneur lusitanien, Bruno Lage.

Niveau palmarès, le club va renouer avec son glorieux passé en remportant de nombreux trophées. En tout, sept titres de champion de France, dont quatre à la suite entre 2027 et 2030, une flopée de Coupe de France et de Trophée des champions. Sur la scène européenne, la quête d’une 2e étoile est plus compliquée. Le club ne va réussir qu’une seule fois à se hisser en finale de Ligue des champions, pour perdre contre… le PSG, son meilleur ennemi.

À voir aussi sur sports :