À la conquête du San Marino challenge : épisode 5

On arrive déjà en 2030 dans notre défi avec Saint-Marin sur Football Manager !

Hello les amis. J’espère que vous allez bien, que vous êtes prêts pour de nouvelles aventures et deux nouvelles saisons du côté de notre micro-nation préférée. De mon côté, j’ai décidé de mettre mes centres d’intérêt de côté (à savoir regarder les Sopranos douze heures par jour) afin d’honorer mon engagement envers Saint-Marin.

Petit rappel pour les nouveaux, vous pouvez retrouver les premiers épisodes par ici : épisode 1, épisode 2, épisode 3 et épisode 4.

Publicité

Je n’ai pas pour habitude de rappeler ce qu’il s’est passé précédemment, mais j’ai quand même eu un stade à mon nom dans le dernier épisode donc j’en profite pour flex un peu. Je décide par la même occasion d’instaurer des moments flex, dont le seul but sera de m’auto-congratuler sur mes talents d’entraîneur virtuel.

Saison 2028-2029

J’ai tendance à employer le groupe de mots "saison historique" à tout va, mais il faut reconnaître que Tre Penne sort d’une saison historique avec sa première qualification en phase de poule de Ligue des Champions. Maintenant, il va falloir continuer de viser au grand minimum la même chose car ça va être compliqué de se satisfaire de moins. Comme prévu, la LDC money nous permet d’investir plus d’argent au mercato. On récupère Rotolo, Esposito et Colombini qui sont vraiment bons, donc c’est cool. Niveau départs, on fait une belle plus value avec Brähmer, un jeune défenseur qu’on avait chipé gratuitement à Salzbourg avant qu’il puisse signer un contrat professionnel.

Publicité

Concernant l’Europe, nous sommes désormais un grand club et je ne vais pas tourner autour du pot : Tre Penne se qualifie une nouvelle fois en phase de poules de Ligue des Champions. Et avec la manière, en disposant plutôt facilement d’Anderlecht et de l’Olympiakos. De bon augure pour la suite.

Vous vous rappelez d’Andreas Bresciani ? Eh bien notre jeune crack chipé à l’AS Roma commence à se mettre en valeur auprès des autres clubs. Il est pas passé loin de devenir la plus grande vente de l’histoire de Tre Penne mais j’ai su rester fort… (Oui je sais il faudrait que je mette les logos et les vrais noms de clubs à jour mais bon… c’est trop d’efforts…)

Publicité

Je vous avais parlé du problème de la réputation de la ligue de Saint-Marin qui impacte directement la valeur de mes joueurs. C’est encore le cas avec Andreas Bresciani qui, malgré cette offre de 7,5M, ne vaut que 61K. C’est cool de voir que malgré tout, mes joueurs peuvent recevoir des montants qui correspondent à leur juste valeur. J’ai remarqué que, pour ça, il faut vraiment rejeter toutes les offres ; bon, j’ai pas inventé l’eau chaude mais pour arriver à ces 7,5M, j’ai refusé pas mal de 500k, 1M, 2M, etc. 

Publicité

Retournons à un sujet plus intéressant, à savoir la LDC. L’année dernière, on s’était coltiné la Juve, Monaco et Manchester United dans notre groupe. Cette année, c’est un peu mieux car on tombe seulement sur la Juve, Liverpool et Porto. On a vraiment de la chance 👍. Malgré tout, Tre Penne ne baisse jamais la tête et là où tout le monde les voyait prendre zéro point dans ce groupe de la mort, on s’en sort avec un très joli point obtenu face à Liverpool (qui n’avait plus rien à jouer mais c’est pas grave).

Je m’excuse une nouvelle fois auprès des amoureux des vrais noms des clubs. Je trouve cependant que ça a un petit flow, Zebre. J’aime bien.

La Ligue des Champions c’est cool mais ça veut aussi dire que notre saison européenne s’arrête en décembre et ça c’est problématique pour plusieurs raisons, mais principalement pour ma motivation. J’en profite pour remercier les fantastiques développeurs de Sports Interactive qui ont eu la présence d’esprit de penser à un bouton partir en vacances.

Pour la suite, je ne vous fais pas de dessin, Tre Penne s’offre un nouveau triplé et aussi un RECORD EUROPÉEN. Oui, oui, vous avez bien lu, j’ai bien dit : RECORD EUROPÉEN. Un grand merci aux tours préliminaires pour les travaux.

Cette saison 2028-2029 est aussi très importante pour le football à Saint-Marin car désormais les quinze équipes du championnat ont obtenu le statut professionnel. J’espère que ça permettra d’avoir de bons joueurs rapidement dans notre chère sélection nationale, et pourquoi pas relever un peu le niveau du championnat. On finit avec le onze de l’année, un truc que j’aurais dû penser à faire dans les saisons précédentes mais que j’ai pô fait. Andreas Bresciani se fait une petite saison à 57 buts en 39 matches TCC (et aussi 17 passes décisives en championnat). Une petite mention à Bernardi qui s’est vu perdre des places dans la hiérarchie des attaquants mais plante tout de même 20 buts en 23 matches.

En sélection nationale

Après la débandade en qualifications pour l’Euro l’année dernière, on retourne en division C de la Ligue des Nations pour de nouvelles aventures. On se retrouve – une nouvelle fois — dans un groupe complicado (compliqué en espagnol) avec la Hongrie, la Lituanie et l’Arménie. Je pensais vraiment qu’on lutterait pour le maintien, mais finalement on s’en sort plutôt bien avec sept points (obtenus sur le fil).

L’année se termine à la 147e place du classement mondial et marque enfin une vraie progression, après avoir stagné pendant quatre ans autour de la 160e place. Ah, et petit moment flex, car l’Autriche a voulu me débaucher et j’ai poliment décliné. En tout cas j’ai bien pensé à prendre un screen comme si c’était vraiment moi qu’ils courtisaient alors que je suis juste dans mon canapé en train de cliquer sur continuer à 4 h 30 du matin. Ça fait réfléchir.

Saison 2029-2030

On s’approche d’une nouvelle décennie et j’entame par la même occasion ma dixième année passée à Tre Penne et Saint-Marin. Autant vous dire que je n’avais absolument pas prévu que ça prenne autant de temps, alors que tous mes amis (ils sont quatre) m’avaient pourtant prévenu. Après avoir fait une saison historique il y a deux ans, on rentre désormais dans une phase de stagnation où on ne cherche pas trop à progresser mais seulement confirmer. Après les deux qualifications consécutives en phases de poules de LDC, on cherche pour le moment à réitérer l’exploit sur la durée.

Bon voilà j’ai fait le petit paragraphe introductif maintenant on peut parler du SUBLIMISSIME stade Zozo Coach dans lequel les FANTASTIQUES joueurs de Tre Penne vont désormais évoluer à partir de cette saison ! Je repense aux larmes de fierté de mes parents quand je leur ai annoncé la construction du stade…

Maintenant, il faut trouver des joueurs pour jouer dans ce nouveau stade dernier cri, et je ne veux que la crème de la crème pour fouler la pelouse du plus beau stade du monde du football. Il y a quelques saisons, je vous avais parlé du sentiment frustrant quand, avant même que la saison commence, tu sais que tu as un effectif qui a perdu en qualité. Eh bien, ce n’est absolument pas le cas cette fois-ci. C’est tout bonnement le meilleur effectif que Tre Penne ait connu.

Roger Baxter obtenu gratos est une super pioche et on a aussi dépensé pas mal pour Bertozzi de la Roma, qu’on avait déjà eu en prêt il y a deux ans. Je ne parle qu’eux deux principalement car ce sont les seuls pour qui j’ai pensé à faire un screen. Enfin, à date, du moins.


Beaucoup d’attentes pour cette saison, on a moyen de faire quelques petits hold-up, malheureusement tout dépendra des différents tirages au sort.

Bon, on n’a pas eu des tirages fastoches mais, au moins, on s’est qualifié en phase de poules pour la troisième année consécutive. On inflige de très beaux scores au Dinamo Zagreb et Salzbourg. Mais le plus important n’est pas là. Ce dernier match, gagné 6-1 est un total manque de respect. Comme vous pouvez le voir en bas à droite, nous n’avons pas joué au Stade Zozo Coach 😡. On joue les trois premiers tours qualificatifs dans le plus beau stade mais le reste de la compétition se joue dans un autre stade. Autant vous dire que je retire tout le bien que j’ai pu dire à propos des développeurs de Sports Interactive.

Bref, changeons de sujet. Après deux groupes de la mort en Ligue des Champions, ce serait dommage de pas faire la passe de trois. Et c’est bien évidemment chose faite avec un groupe composé du Barça, du Milan et de Leipzig. Il y a cependant du progrès car on s’en sort avec quatre points.

Tre Penne enregistre donc au passage sa première victoire en phase de poules de Ligue des Champions, et avec la manière 😎. J’étais en train d’écrire qu’on avait aussi perdu que 3-2 contre le Barça à domicile puis j’ai effacé parce que ça fait vraiment phrase de loser. Mais en même temps c’est pas si mal donc je le réécris sans trop m’engager.

Bon, vous connaissez la suite… Saison européenne finie, triplé en poche… blablabla… Mais pas cette fois, non. Alors il y a effectivement le triplé en poche mais au cours de la saison, un ennemi est apparu : un ennemi qui s’appelle Andrea Urbinati et qui n’est personne d’autre que… TINTINTIN ! Pini Zahavi le propriétaire de Tre Penne…

Après m’avoir offert un stade à mon nom, il a décidé de me pourrir la vie. Nous sommes en janvier 2030, le 31 précisément. Le mercato d’hiver arrive à sa fin et quelle géniale idée vient en tête de mon super président ? Vendre Andreas Bresciani contre mon gré… Oui… mon meilleur joueur… mon prince… sacrifié pour quelques millions dont on n’a même pas besoin ! Ça me rend encore ronchon, cette histoire. J’ai rien pu faire pour l’en empêcher. Il avait déjà accepté une offre quelques jours avant, que j’avais contesté et cette fois-ci, je n’ai pas pu. Ça m’énerve d’autant plus qu’on aurait pu en récupérer beaucoup plus que 11 millions. J’avais hésité à le vendre pendant le mercato d’été, en négociant avec un club qui avait proposé quasiment 20 millions, mais je n’ai pas voulu continuer parce que j’espérais qu’il devienne une légende du club. Il part tout de même en légende après six ans au club, avec au total 220 buts inscrits et 93 passes décisives en 199 matches.

Et comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, Roger Baxter, un joueur que j’étais vraiment content d’avoir recruté gratuitement, s’en est allé aussi. Vu qu’il est malin, il m’avait imposé une clause de départ à seulement 775k quand il a signé son contrat. 6 mois plus tard, Southampton a flairé la bonne affaire. Adios ("vas-y, hein, on s’capte", en espagnol).

Cependant, la perte de deux joueurs majeurs ne me fait toujours pas oublier le fait que l’UEFA me boycotte le droit de jouer dans mon propre stade à mon nom et ça, ça ne passe toujours pas. En mars, pour me consoler, j’ai fait mon petit tour des nouvelles arrivées dans les différents centres de formation européens. J’y ai trouvé une petite pépite qui respire le terroir. Affaire à suivre.

Toujours en mars, j’ai réussi à recruter librement Jacopo Gasperoni. Un des meilleurs joueurs de la sélection saint-marinaise, formé à l’Inter qui était sans contrat.

Une saison absolument folklorique, qui se conclut de la plus belle des manières : un de mes joueurs en prêt n’est pas venu à un match amical car il était sorti toute la nuit.

On conclut avec un moment flex, car le respectable et respecté club de l’Atalanta m’a proposé un entretien pour prendre les rênes de leur équipe.

J’ai accepté et c’est donc la fin de cette aventure merci à tous d’avoir suivi 👋. Eh non, je rigole, je suis un farceur, pas de panique. On finit cette saison avec le onze de l’année. Bresciani finit avec 35 buts en 28 matches alors qu’il s’est barré fin janvier. Andrea Bernardi a récupéré une place de titulaire et ponctue sa saison avec 43 buts TCC. Benahmed était aussi excellent, avec 15 buts marqués alors qu’il oscillait entre défenseur gauche et ailier gauche pour dépanner.

En sélection nationale

Après le maintien en division C de la Ligue des Nations en 2028, on doit désormais jouer les qualifications à la Coupe du Monde 2030. On se fait pas d’illusion, on va faire office de punching-ball dans un groupe plutôt relevé composé de l’Angleterre, la Suisse, le Kosovo et le Pays de Galles. On finit avec un point symbolique, obtenu à domicile contre nos amis gallois.


Au rayon des bonnes nouvelles, Terenzi Matteo, un arrière gauche formé chez moi mais chipé par le Milan, a décidé de représenter Saint-Marin. Il a un gros potentiel donc il voulait jouer pour l’Italie et ça a pris du temps pour le convaincre. C’est aussi le problème de cette partie, les meilleurs joueurs sont formés en Italie donc ils ont tendance à vouloir jouer pour la Squadra Azzurra. L’inverse est compliqué (complicado) car il faut 30 ans pour obtenir la nationalité saint-marinaise.



Voili voilou, c’est tout pour cette semaine. Merci à tous ceux qui suivent cette aventure en espérant qu’on réussisse à gagner la Coupe du Monde avant la fin de 2020.

Par Konbini Sports, publié le 20/05/2020