À la conquête du San Marino challenge : épisode 3

On essaie de remporter la Coupe du monde avec Saint-Marin sur Football Manager.

Re ! Ça dit quoi, la team ? Prêts pour de nouvelles aventures à bord d’un challenge qu’on ne va sûrement pas réussir ? Let’s gooo 👍 Pour rappel, vous pouvez retrouver l’épisode 1 par ici et l’épisode 2 par là.

Dans l’épisode 2, on s’était fait 3 saisons d’un coup et on va s’en faire deux aujourd’hui, en reprenant là où on s’était arrêté : au début de la saison 2023-2024, en espérant faire mieux que la saison passée qui était historique pour le club de Tre Penne. Mais avant de commencer, on va se faire un petit point stratégie : les petites épopées européennes ont rapporté pas mal d’argent à Tre Penne, ce qui nous offre un budget transfert de plusieurs millions. Notre budget salarial est passé de 1 600 par mois à 137 k en l’espace de quelques saisons, mais on a toujours ce problème de réputation.

Publicité

Malheureusement, aucun joueur de grande valeur n’accepte de venir jouer chez nous pour le moment, donc je me suis dit que ça pourrait être cool de filer de l’argent aux autres clubs du pays en espérant qu’ils améliorent leurs structures d’entraînement et de formation. Tout en continuant de recruter les plus grands espoirs du pays, bien entendu.

Saison 2023-2024

En préambule, je suis obligé de commencer par une grande nouvelle : Tre Penne obtient le statut professionnel ! On va pouvoir s’entraîner tous les jours et payer nos joueurs ! Comme une nouvelle ne vient jamais seule, les clubs de Faetano, Fiorentino et La Fiorita suivent le mouvement et passent semi-professionnels. C’est une excellente chose pour la ligue.

Publicité

Tout ça met beaucoup de pression sur les épaules au moment de débuter cette saison, après le huitième de finale d’Euro Cup II la saison passée, il faut bien s’imaginer que les 156 supporters abonnés au club n’en attendent pas moins. Comme chaque année, l’objectif principal en Europe est d’atteindre les phases de poules de Ligue des Champions et son incroyable pactole d’environ 15 millions. D’ailleurs en parlant d’Euro Cup II, j’en profite pour corriger un petit truc du précédent épisode. J’avais dit que les matchs se jouaient en un seul tour dans cette compétition, mais en fait pas du tout, c’était exceptionnel en 2022 car il y a la Coupe du Monde en plein décembre, donc le calendrier est allégé.

Niveau transferts, c’est un beau mercato. On réussit à obtenir gratuitement Nicola Nanni, le meilleur buteur de l’histoire de la sélection de Saint-Marin. C’est cool d’avoir les meilleurs joueurs du pays à Tre Penne, d’autant plus que les infrastructures s’améliorent chaque année. J’avais oublié de mentionner qu’on a signé un partenariat d’affiliation avec la San Marino Academy, donc je le fais là par souci d’honnêteté mais ce partenariat n’a servi à rien donc on en parlera plus jamais. Comme vous pouvez le voir, on se fait volontairement michtonner par La Fiorita et Faetano qui sont des clubs concurrents mais qu’on finance avec plaisir. 400 k par ci, 300 k par là. Ils ont intérêt à en faire bon usage.

Publicité

C’est l’heure d’aborder le sujet fatidique, celui de l’Europe. Comme dit plus haut, le graal c’est la phase de poule de Ligue des Champions, et au grand minimum une phase de poule d’Euro Cup II. On ne peut pas trop se permettre de ne rien jouer d’autre que le championnat tout au long de la saison. Et visiblement, on a coupé la poire en deux car après s’être fait sortir des barrages de LDC par le Partizan Belgrade, Tre Penne se retrouve en phase de poule d’Europa League pour la première fois de son histoire ! Petite déception au passage car en phase de poule d’Euro Cup II l’année dernière on a touché 2,92 m et on touche exactement le même montant en Europa League.

Publicité

On se retrouve ensuite dans un groupe relativement abordable dans lequel se trouve le CSKA Moscou, le Dinamo Zagreb et le FC Lahti. On vise au minimum une troisième place, synonyme de 16e de finale d’Euro Cup II. Et on parvient à faire un véritable hold-up en finissant un point devant le Dinamo Zagreb, même s’ils nous ont battus 3-1 et 5-1.

Je me dois de remercier mon fidèle ami Andrea Bernardi, fier joueur issu du centre de formation de Tre Penne pour ce parcours dans le groupe A d’Europa League 2023-2024. La rue n’oubliera jamais son triplé salvateur sur le terrain du FC Lahti.

On tombe ensuite sur le FC Porto en 16e de finale, qui nous ratatine 8-4 sur l’ensemble des deux matches. On se prend 3-0 à l’aller chez eux et 5-4 chez nous au retour avec un nouveau triplé de mon prince Andrea Bernardi.

Ces deux triplés d’Andrea Bernardi en Euro Cup lui permettront d’atteindre la bagatelle de 10 buts en Europa League. 10 buts qui lui offriront le titre de meilleur buteur de la compétition !

En championnat, pas grand-chose à dire. On fait une nouvelle fois le triplé, ceci dit on se fait une petite frayeur en demi-finale des barrages de championnat face à Faetano on gagne 2-1 chez eux à l’aller et ils gagnent 1-0 chez nous. Petite suffisance de notre côté, il faut l’avouer. On réussit à passer étant donné qu’on a eu un meilleur classement en phase de championnat et on bat Virtus 4-0 en finale ensuite.

Avant de passer à la sélection nationale, il s’est passé un petit truc chelou cette saison du côté de mes U19 : ils ont atteint la demi-finale de LDC U19, en battant notamment le Barça 5-2. J'avoue que je prêtais volontiers mes meilleurs jeunes joueurs de l’équipe première comme Andrea Bernardi aux U19 pour qu’ils performent.


En sélection nationale :

L’année 2023 étant une année de qualifications en Euro, on ne joue que des matches compliqués. On tombe dans un groupe avec le Portugal, la Bosnie, l’Arménie et la Géorgie. On finit bon dernier mais on réussit à prendre 3 points contre la Géorgie à domicile ce qui est plutôt cool. On finit la saison à la 178e place du classement mondial.

Saison 2024-2025

Après une nouvelle saison pleine d’espoir en Europe, c’est compliqué de ne pas en attendre autant. D’autant plus que c’est une partie où on peut vite lâcher l’affaire par ennui, si on a aucune compétition européenne à jouer dès le mois d’août, ça complique beaucoup de choses. Cette saison marque un tournant dans l’histoire du club car les deux petites épopées en coupe d’Europe et l’argent accumulé nous permettent de faire notre premier vrai mercato.

Il y a certes beaucoup de noms, mais mis à part les joueurs mauvais qu’on achète aux clubs saint-marinais, il y a peu de noms à retenir. D’abord Marco Andreini qui est un jeune espoir saint-marinais qu’on achète 1,5 m à Udinese. Ensuite Sebastiano Lombardi, un gardien du pays qui a été formé à Strasbourg pour je ne sais quelle raison, et enfin Andreas Bresciani, un jeune Italien qu’on a chipé au centre de formation de la Roma. Vous entendrez parler de lui par la suite…


C’est incontestablement la meilleure équipe que Tre Penne ait eue jusqu’ici. Petit point stratégie : on commence petit à petit à prendre plus de joueurs étrangers pour améliorer les performances en Europe. Beaucoup d’attentes, donc. Ça commence très bien avec un 10-1 à domicile contre Levadia au premier tour des barrages de LDC. Pour la première fois d’ailleurs, on réussit à atteindre le dernier tour des barrages. Malheureusement, on échoue aux portes des phases de poules de LDC face à l’Étoile Rouge de Belgrade à cause de la règle du but à l’extérieur. Tre Penne sera donc une nouvelle fois en phase de poules d’Europa League. Ce qui est très bien.

En Europa League, on tombe dans un groupe beaucoup plus relevé que ce qu’on a connu jusqu’ici avec Angers, Galatasaray et Copenhague. On finit bons derniers en se prenant sur la route un 9-2 contre Galatasaray, dont un quintuplé d’Mbaye Niang. Ça ne s’invente pas. C’est un bon moyen de redescendre sur Terre.

En finissant derniers, on n’est bien évidemment pas relégués en 16e de finale d’Euro Cup II et notre saison européenne s’achève donc dès décembre. C’est une déception compte tenu du mercato mais ça nous rappelle qu’on est encore très dépendants des tirages au sort. En championnat rien ne change, la différence de niveau est beaucoup trop élevée même si maintenant 10 des 14 autres clubs ont obtenu le statut semi-pro. Tre Penne s’offre un nouveau triplé sans grandes difficultés.

En sélection nationale

2024 n’étant pas une année de qualifications, le pays de Saint-Marin peut jouer contre des équipes de son niveau et accumuler les victoires. C’est une excellente année où on enchaîne les victoires et on s’offre notamment une promotion en Ligue des Nations division C en terminant premier de notre groupe avec 18 points ! De très jolies performances qui permettent à Saint-Marin de pointer à la 163e place du classement mondial ! Après avoir démarré la partie à la 211e place, c’est quand même une belle progression.

Cette même année, j’ai aussi découvert Andrea Canini dans le centre de formation de Naples, un jeune joueur de 16 ans, qui a la nationalité saint-marinaise et qui est potentiellement le meilleur joueur de la sélection. Bien évidemment, vu qu’il a aussi la nationalité italienne, il préfère jouer pour l’Italie pour le moment. Grosse déception.

Voilà voilà, il y avait beaucoup à dire pour ces deux saisons donc on s’arrête ici. D’autant plus que pour les premières saisons j’avais oublié de screener tout ce qu’il passait, j’ai pris ce réflexe au fur et à mesure de la partie en espérant que ça vous plaise toujours les amis ! À la prochaine.

La suite du récit est désormais disponible par ici : 

Par Konbini Sports, publié le 07/05/2020