AccueilCulture sport

Vidéo : Justine Dupont, reine des vagues géantes de Nazaré

Publié le

par Tess Birkedal Hartmann

©️ Instagram Justine Dupont

La surfeuse de l'extrême dompte une des vagues les plus impressionnantes jamais vues sur le spot portugais de Nazaré.

21,3 mètres, c’est le précédent plus grand mur de mer surfé par Justine Dupont. Si, pour l’heure, il est impossible de donner une hauteur précise à cette vague (le calcul et l’homologation d’un possible record prenant du temps), nul doute que celle de la waterwoman devrait l’aider à obtenir le titre de plus grosse vague surfée par une femme. Pour rappel, ce titre avait été attribué de façon polémique en septembre dernier à la brésilienne Maya Gabeira pour une vague de 22,4 mètres, alors qu’elle était tombée de sa planche.

"C’était des tailles géantes, donc je ne sais pas en mètres… 20, 30, 25 mètres ? C’était très, très gros. Les plus grosses vagues que j’ai vues et ressenties, ça, c’est sûr, et des conditions magnifiques. Royal !"

Justine Dupont, qui réside à Nazaré, a su profiter de la houle laissée sur le passage de la tempête Epsilon. Des jours durant, cet ex-ouragan de catégorie 3, qui s’est concentré dans l’Atlantique nord-ouest, a captivé les regards sur son déplacement. Annoncé comme historique, il aura tenu ses promesses et les images parlent d’elles-mêmes. Lors d’un entretien pour son sponsor, Red Bull, elle revient sur l’événement :

"On a vu cette tempête énorme arriver, les conditions étaient juste parfaites, parce qu’il n’y avait pas de vent. Pour le surfeur, c’est juste royal. Ça n’était jamais arrivé à Nazaré depuis qu’on le surfe ! […] C’était magique, hyper rare, unique ! Et le fait de pouvoir surfer cette journée, c’était dingue."

L’événement a attiré plus de 10 000 personnes le long des côtes ; un attroupement qui n’a pas plu à la ville portugaise. Le pays subissant une recrudescence épidémique de Covid-19, Nazaré a décidé d’interdire la pratique du surf pendant les 15 jours à venir, avant réévaluation de la situation. Apparemment, les conditions à venir ne sont pas bonnes… une veine pour les surfeurs de gros du coin.

À voir aussi sur sports :