Une raciste : les journalistes du Corriere dello Sport interdits de centres d'entraînement

Jusqu'à la fin de l'année.

Ce jeudi, le journal italien Corriere dello Sport a fait polémique : à sa une, les mots "Black Friday" accompagnés des joueurs Sterling et Lukaku, avant le match entre l'Inter et la Roma ce vendredi soir. Une une très problématique, à l'heure où les incidents racistes se multiplient sur les terrains de l'autre côté des Alpes. 

Publicité

La semaine dernière, les 20 clubs de Serie A s'étaient concertés pour ensemble publier un communiqué afin d'annoncer prendre leurs responsabilités et lutter, à leur échelle, contre le racisme. Ce jeudi soir, l'Inter et la Roma ont récidivé et, dans un communiqué commun, ont annoncé vouloir bannir jusqu'à la fin de l'année 2019 les journalistes du Corriere de leurs centres de formation et d'entraînement : 

"Nous pensons que les joueurs, les clubs, les supporters et les médias doivent être unis dans la lutte contre le racisme dans le football et nous avons tous la responsabilité d'être très précis dans les mots que nous choisissons et les messages que nous transmettons.

En réponse au titre 'BLACK FRIDAY' publié aujourd'hui par le journal, la Roma et l'Inter Milan ont décidé de ne plus donner accès au Corriere dello Sport à nos centres d'entraînement pour le reste de l'année. Nos joueurs ne mèneront aucune activité médiatique avec le journal durant cette période."

Mais les deux clubs ont conscience que, si la une était plus que maladroite, le contenu du journal était à l'inverse engagé contre le racisme : 

Publicité

"Les deux clubs sont conscients que l’article de journal associé au titre 'BLACK FRIDAY' présentait un message antiraciste et que, pour cette raison, nous n’avons interdit l'accès au Corriere dello Sport que jusqu’en janvier."

Par Lucie Bacon, publié le 06/12/2019