Le président de l'UEFA veut rendre plus claire l'utilisation du VAR

Plus d'un an après, on est encore perdu.

Depuis son introduction en 2018, le VAR a généré de nombreuses situations rocambolesques. Un constat qui n'a pas échappé au président de l'UEFA, Aleksander Čeferin, qui n'est pas un grand fan de l'arbitrage vidéo. Lors d'une réunion du comité exécutif de l'instance européenne, il s'est exprimé en faveur d'une clarification dans l'usage de cette technologie et a demandé à l'International Board, l'organe qui rédige les règles du football, de plancher là-dessus.

Publicité

Parmi les situations que l'homme fort du foot européen souhaite débugger, il y a notamment les mains et les hors-jeu. Sur ce dernier point, il explique le fond de sa pensée dans un entretien au Daily Mirror : 

"Aujourd'hui, si vous avez un long nez, vous êtes en position de hors-jeu. En plus, la ligne est dessinée par le VAR. Donc c'est un point de vue subjectif d'un fait objectif. Notre proposition sera – et on en discutera avec les arbitres – qu'il y ait une tolérance de 10-20 centimètres.

Ça marche si vous ne signalez pas un joueur hors-jeu pour un centimètre. Parce que l'essence du hors-jeu c'est d'avoir une sorte d'avantage. Désormais, les juges de touche ne s'embêtent plus à lever le drapeau. Ils attendent, encore et encore."

Malgré les dysfonctionnements du VAR qu'il pointe, Aleksander Čeferin n'entend pas mettre fin à ce dispositif : "Nous devons rendre la technologie plus claire, plus rapide, moins invasive", précise-t-il. Et de prévenir : "Le jeu est en train de changer et nous craignons qu'il change beaucoup trop."

Publicité

Par Abdallah Soidri, publié le 06/12/2019