AccueilCulture sport

Pourquoi sommes-nous tous amoureux de Claude de Koh-Lanta ?

Publié le

par Lucie Bacon

"Il représente la perfection au masculin en 2020."

Il y a des candidats que l’on n’oublie pas sur Koh-Lanta. Nul doute que Claude restera encore des années dans les mémoires des amateurs de l’émission de TF1. Alors qu’il avait déjà participé deux fois à l’aventure, c’est lors de sa 3e participation que ce "héros" a littéralement conquis le cœur des Français, comme nous le confirme Boris, 33 ans, manager dans la com sportive :

"Je me souvenais de Claude comme d’une amourette de lycée, un truc auquel on repense avec nostalgie, mais on ne sait plus trop comment ça a commencé. Cette année il a ravivé l’étincelle au lance-flammes. Entre les punchlines et les victoires, il est le héros qu’on a envie d’aimer."

Cette année, Koh-Lanta fait un véritable carton, avec des audiences incroyables (plus de 6 millions de téléspectateurs pour le dernier épisode avec l’épreuve d’orientation), confinement aidant certainement. Lorsque l’on fait un tour sur les réseaux sociaux pendant les émissions, un seul candidat fait l’unanimité : Claude. Sam, jusqu’à son élimination, a lui aussi marqué le public, mais malheureusement pour lui, sa présence dans l’aventure n’a pas assez duré pour qu’il devienne le véritable chouchou.

Hommes ou femmes, petits et grands, tous les vendredis soir sont désormais réservés à la vénération du roi Claude, comme on peut le voir sur Twitter :

Derrière cette déclaration sans équivoque se cache Jean-François, 35 ans, qui assume totalement cette sortie :

"Il représente la perfection au masculin en 2020. L’homme vrai, fiable, sincère et excitant, du coup. Il a su dompter ses démons, ses coups de sang, sans renier sa personnalité. Je pense que la paternité a dû beaucoup compter pour lui, le fait de se décentrer par rapport à soi-même."

Une paternité qui compte aussi beaucoup pour Stéphanie* :

"C’est le genre de mec hyper sécurisant. Tu sais que peu importe ce qui arrive, il n’y a rien de grave qui peut se passer avec lui. Il est droit, gentil, drôle, intelligent et fin stratège. Je crois aussi que le fait qu’il parle de son fils à longueur de journée réveille ma fibre maternelle. Claude, veux-tu un deuxième enfant avec une guerrière ?"

Cette 3e saison disputée par Claude arrive en effet après la naissance de son enfant, qui l’a, selon Jean-François aidé à gagner en sagesse. Ce dernier explique d’ailleurs pourquoi le coup de cœur n’avait pas été immédiat lors de ses précédentes apparitions :

"Claude, ce n’est pas un coup de foudre. C’est un amour qui a grandi avec le temps. C’est une succession de bons choix, de bons mots. Il était un bon candidat du jeu, mais avait aussi ses failles. Sanguin, autoritaire, un peu manipulateur, ce qui lui a coûté deux fois la victoire. Cette année c’est un autre level, il domine tout. Les épreuves, la stratégie, même Denis Brogniart. Je l’aime. C’est King Claude."

Si Jean-François n’est clairement pas avare de compliments, il n’est pas le seul. Julie, 35 ans, se souvient parfaitement du moment où elle a craqué pour Claude cette saison :

"Lors de la rencontre des ambassadeurs, car c’est là qu’il a pris le pouvoir sur le jeu. Il s’est rangé du côté de l’adversaire pour avoir une chance de continuer dans l’aventure, en assumant parfaitement sa position. Personne ne pouvait lui en vouloir, tu ne participes pas à 'Koh-Lanta' pour sacrifier ta place au profit d’un aventurier qui n’hésiterait pas à te sortir. Il a eu le courage d’assumer sa décision et d’aller au bout de sa stratégie : badass."

Pour Sophie, pigiste, la vingtaine, la flamme est née à un autre moment cette saison. C’est au moment où Claude a voulu venger l’élimination de Teheiura, organisée par Ahmad : "Ça a fait quelque chose en moi, depuis je l’aime plus chaque jour."

Imbattable sur la plupart des épreuves individuelles, le "héros dans toutes ses dimensions", comme le surnomme Sophie, a surtout marqué cette saison par sa finesse et son intelligence tactique : il a distribué les bons et les mauvais points, face à Ahmad, Régis et Inès notamment, tout en démontrant que de toute façon, c’était lui le meilleur. Il a su venger Teheiura et Jessica en faisant sortir Régis, ce que le public attendait impatiemment et il a donné des leçons magistrales d’orientation, de morale ou de survie, à Moussa, Inès ou Alexandra, des candidats désormais loin d’être populaires. Boris nous le confirme :

"Mon kiff ultime, c’est de le voir parasiter les autres candidats, il leur a mangé le cerveau, mais tu vois que ce n’est pas méchant, il est dans le jeu, il kiffe."

Un moment qui a marqué les fans du joueur ? Sa joute verbale face à Inès, lors du parcours du combattant : "Une masterclass d’argumentation pour lui expliquer que son raisonnement 'au mérite', c’était du vent. Il lui a mis la tête dedans, c’était jouissif", nous rappelle Boris. Le meilleur moment de la saison, pour Sophie également :

"Il lui a foutu 28 kg sur le dos et lui a fait une leçon sur ses pseudo-principes de mérite. Elle a dit qu’elle voulait l’encastrer. C’était iconique."

Surtout, ce confinement, contexte inédit durant lequel a été diffusée cette saison de Koh-Lanta, a clairement exacerbé les sentiments de Julie au sujet de Claude :

"Claude, c’est clairement le mec qui a fait rêver toutes les filles pendant le confinement. Il est fort, il est droit, il est drôle, il est malin, il est attachant, il est mignon… Bref : c’est l’homme idéal, quoi !"

Le manque de relations sociales liées à ce confinement a aussi grandement joué pour Boris, qui nous confie lui trouver devant son écran "des petits surnoms mignons. Je vis ma bromance virtuelle à travers la télé".

Forcément, l’issue de cette saison fait débat, même chez les fidèles de Claude : "J’y crois à fond, car il mérite amplement son titre de vainqueur et il a beaucoup d’aventuriers derrière lui", confie Julie. Boris, lui, est moins convaincu :

"Je me suis déjà préparé au scénario. Les rageux, on les connaît. Claude est tellement fort, peut-être trop pour faire l’unanimité. Il lui faudra déjà gagner les poteaux pour être sûr d’être en finale. 'Koh-Lanta' c’est comme la Ligue des Champions, on est parfois déçu par le nom des finalistes avant même de connaître le vainqueur."

"S’il perd, je l’inviterai à la piscine de Puteaux pour faire des longueurs, entre hommes, comme ça, pour le plaisir", prévoit quant à lui Jean-François. Verdict final vendredi.

* Le prénom a été changé.

Relisez ici notre interview avec Claude !

À voir aussi sur sports :