AccueilCulture sport

Pourquoi cette saison de Koh-Lanta était-elle si décevante ?

Publié le

par Lucie Bacon

© Alain Issock/ALP/TF1/Starface

N’est pas le roi Claude qui veut.

Nombreux ont été les déçus de la dernière saison de Koh-Lanta, Les Armes secrètes. Sur les réseaux sociaux, des téléspectateurs ne cachaient pas leur frustration devant une édition insipide sur beaucoup de points. Si, comme d’habitude, on a bien ri le vendredi soir devant notre télé, il n’en reste pas moins qu’on aurait voulu voir une aventure digne de ce nom. Pourquoi cette saison était-elle à nos yeux si décevante ? Voici quelques éléments de réponse.

#1. On en attendait beaucoup

Cette 22e édition "régulière" est une nouvelle fois arrivée pile-poil pour le troisième confinement en France. Une aubaine pour beaucoup, qui y ont vu un signe, surtout après l’incroyable saison L’Île des héros l’année dernière, avec Claude, Sam ou encore Moussa, qui avaient à l’époque égayé notre morne premier confifi. Sauf qu’après cette édition puis celle des 4 Terres, qui voyait pour la première fois le casting de départ divisé en quatre équipes selon les régions d’origine, une grosse nouveauté qui avait son charme, la saison Armes secrètes a été bien en dessous.

#2. Un casting loin d’être attachant

Nous avions été surpris, lors de la présentation des candidats, de trouver énormément de profils sportifs parmi les nouveaux aventuriers. La production, lors de la conférence de presse de présentation de cette édition, avait entièrement assumé ce choix, expliquant qu’après plus de 20 saisons, les candidats connaissent par cœur l’aventure et qu’il s’agit désormais de la corser. Elle souhaitait donc voir s’affronter des aventuriers surmotivés dans des conditions de survie parfois très difficiles, cette année et pour la première fois en Polynésie française. Julien Magne, producteur de l’émission, expliquait :

"On a construit un casting pour aller jouer l’affrontement, avec des aventuriers qui veulent en découdre mais qui sont aussi capables d’affronter l’hostilité de l’environnement."

Sauf qu’au final, les épreuves ne nous ont pas offert d’inoubliables tensions. Pire encore, sur le camp, les candidats étaient parfois loin d’être débrouillards et la seule qui aurait pu faire l’affaire, Candice, instructrice en survie, a rapidement été évincée. Enfin, et c’est un des reproches qui reviennent le plus souvent de la part du grand public, aucun candidat, hormis peut-être Vincent, ne s’est détaché du lot et rares sont les aventuriers auxquels les téléspectateurs s’identifiaient réellement.

#3. Des armes secrètes peu convaincantes

C’était LA nouveauté de la saison. Après le découpage en quatre régions fin 2020, cette fois, l’aventure devait être portée par ces armes, cachées sur les camps et devant amener suspens et retournements de situation. Si cela a bien fonctionné pour un ou deux conseils, les stratégies étaient prévisibles, les armes presque "données" à des aventuriers en difficulté rendant alors le suspens quasi nul. Et la narration en a donc pris un sacré coup.

#4. Est-ce scripté ? On ne sait pas, mais il y a des trucs ÉNERVANTS !

Pourquoi est-ce toujours l’aventurier le plus en difficulté qui trouve le collier ou les armes secrètes ? Pourquoi la caméra passe toujours dix minutes à côté de l’objet, comme pour le montrer ? Cela fait plusieurs saisons qu’on assiste à ce genre de scène et c’est vraiment devenu pénible.

D’autre part, encore une fois, le montage fait bien (ou pas bien, justement) les choses. Pour monter en épingle certaines stratégies ou évictions, la production insiste parfois sur des comportements et des rivalités sorties d’un peu nulle part. Cette saison, par exemple, la haine des rouges pour Candice n’a pas été très compréhensible. La stratégie des jaunes autour de Shanice et son explication avec Vincent nous a surpris, comme si une partie de l’histoire avait été masquée, les deux candidats au final ne s’en voulant pas vraiment.

Par conséquent, souvent, certains candidats sont détestés par le public à cause d’un montage (et d’un script ?) trompeur. Pas très cool à l’heure des réseaux sociaux, où le harcèlement fait des ravages (Shanice en a par exemple cette année fait les frais). On espère que la production, dans les prochaines éditions, saura être prudente à ce niveau, en redoublant d’inventivité sur les épreuves et les conditions de vie sur les camps (l’îlot de l’exil, c’était une belle idée, non ?) plutôt qu’en tronquant des rivalités et des stratégies.

En tout cas, on a très très hâte de la prochaine saison tout de même, car le casting est tout simplement incroyable. Rendez-vous probablement à la rentrée pour suivre ça.

À voir aussi sur sports :