AccueilCulture sport

On a discuté NFL et Super Bowl avec Grégory Ascher et Anthony Mahoungou

Publié le

par Abdallah Soidri

De droite à gauche : Peter Anderson, Grégory Ascher et Anthony Mahoungou. – © L’Équipe

"C’est la plus belle affiche qu’on aurait pu avoir cette année."

Le Super Bowl est sans conteste l’affiche sportive la plus attendue aux États-Unis. Un rendez-vous incontournable et immanquable outre-Atlantique, qui sera cette année diffusé en clair sur La chaîne L’Équipe. Après avoir proposé toute la saison sur son site et à la télé des rencontres du championnat NFL, la chaîne du canal 21 est gâtée pour son premier Super Bowl, avec une affiche de prestige entre les Kansas City Chiefs de Patrick Mahomes, les champions en titre, et les Tampa Bay Buccaneers de l’éternel Tom Brady.

L’animateur télé et radio Grégory Ascher et le joueur Anthony Mahoungou, qui seront aux commentaires dans la nuit de dimanche à lundi du 55e Super Bowl, nous ont parlé de ce match pas comme les autres et de cette opposition alléchante entre deux quarterbacks d’exception.

Konbini Sports | Qu’est-ce qu’on ressent à quelques jours de son premier Super Bowl comme commentateur ?

Grégory Ascher | Je suis totalement surexcité, impatient et enthousiaste. On arrive à l’aboutissement d’une saison sur lequipe.fr et sur la chaîne, on a tout mis en place pour avoir bon show télé.

Anthony Mahoungou | On est monté en puissance, on a eu des bons retours de notre audience assez novice et curieuse, et on arrive maintenant à l’apothéose avec cette belle finale.

Grégory Ascher | Ils ont eu la bonne idée de nous donner un beau show sportif avec les deux meilleures équipes, les deux meilleurs quarterbacks et un spectacle de la mi-temps qui s’annonce bien.

Comment prépare-t-on une telle rencontre ?

Grégory Ascher | Ça se prépare facilement parce que l’affiche est facile à vendre. Tous ceux qui suivent de près ou de loin la NFL savent que c’est un rêve d’avoir Brady contre Mahomes. D’un côté, le storytelling de Tom Brady qui revient au Super Bowl avec une autre équipe jouant pour la première fois de l’histoire à domicile. De l’autre, on a Patrick Mahomes, qui est tout simplement le meilleur joueur actuel.

Anthony Mahoungou | J’ai encore ma mentalité de joueur et, pour moi, le match le plus important, c’est celui qui arrive, Super Bowl ou pas. Pour me préparer, j’étudie les tendances de chaque équipe. En tant que joueur, c’est quelque chose que j’aime déjà beaucoup faire, et maintenant, avec ma casquette de consultant, je m’amuse à aller plus en profondeur en essayant d’identifier les philosophies offensives et défensives de chaque coach.

Ce Super Bowl, c’est aussi (et surtout) l’opposition entre deux générations de quarterback : la jeunesse flamboyante de Mahomes et la légende vivante Brady. La promesse d’une belle rencontre ?

Anthony Mahoungou | C’est la plus belle affiche qu’on aurait pu avoir cette année. On a les champions en titre menés par Patrick Mahomes, qui représente le présent et le futur. Et de l’autre côté, on a le passé et le présent avec le meilleur QB de tous les temps, Tom Brady. On parlait beaucoup de lui comme un quarterback de système, c’est-à-dire qu’on le trouvait bon parce qu’il jouait pour Bill Belichick, l’un des plus grands head coaches de ce sport. Mais en changeant de franchise et en arrivant jusqu’au Super Bowl, il a l’occasion de montrer que c’est lui qui menait la danse. On peut l’aimer ou le détester mais, en termes de performances, c’est le meilleur, c’est un gagnant.

"Il faudra à un moment qu’un Français joue en NFL"

Le Super Bowl, c’est aussi l’occasion pour beaucoup de Français de regarder pour la première fois un match NFL. Quels sont vos conseils pour apprécier le spectacle ?

Anthony Mahoungou | Surtout, ne pas avoir peur de ne pas comprendre. Avec Greg et Peter [Anderson, ndlr], on a trouvé un équilibre pour expliquer les règles dans les 10 premières minutes du match, et on garde cette pédagogie tout le long de la rencontre sans que ce soit trop redondant. De mon côté, j’essaie de proposer des analyses de jeu sans qu’elles soient trop poussées.

Grégory Ascher | Il faut aussi accepter que ce n’est pas un jeu de mouvement, comme le football, le rugby ou le basket, mais un sport de gagne-terrain. Ce que les néophytes doivent se dire s’ils veulent profiter du spectacle, c’est qu’ils vont voir une attaque contre une défense, et pas les deux en même temps comme dans les autres sports. Chaque équipe doit avancer petit à petit et on profite des passes précises, des réceptions et du folklore.

Anthony Mahoungou | Donc prenez ds snacks, appréciez le show sportif, marketing et artistique lors de la mi-temps.

Parlons de votre rapport avec le football américain et la NFL. Comment avez-vous découvert ce sport ?

Grégory Ascher | Je l'ai découvert avec les premiers Super Bowl diffusés en France sur Canal+ et commentés par la légende George Eddy et Philippe Chatenay. Depuis, je n’en ai pas loupé un seul. J’ai commencé avec Joe Montana, l’ancien quarterback des San Francisco 49ers qui, avant Tom Brady, a longtemps été considéré comme le plus grand joueur de football américain. J’ai tous les abonnements pour suivre la NFL, je joue à Madden tous les ans, j’anime un podcast consacré à mon équipe préférée, les Philadelphia Eagles, et chaque année je vais à Londres pour voir un match.

Anthony Mahoungou | J’ai découvert la NFL grâce à mon grand frère, quand j’étais encore un footeux. Une fois que j’ai commencé, j’ai tout de suite été passionné pour l’esprit collectif du jeu et le fait qu’il existe un poste pour n’importe quel gabarit ou morphotype. À 16 ans, j’ai eu une première révélation lors d'un premier camp aux États-Unis. Je me suis rendu compte que ce n’était pas inaccessible et c’est devenu mon objectif, d’abord de jouer en première division universitaire [il a évolué chez les Boilermakers de Purdue, ndlr] puis en NFL [il a participé à la pré-saison 2018 avec les Philadelphia Eagles, champions en titre, en 2018, ndlr].

Avec la diffusion en clair de matchs sur La chaîne L’Équipe, la NFL peut-elle rattraper le niveau d’engouement et de popularité de la NBA en France ?

Anthony Mahoungou | À terme, j’en ai absolument aucun doute. Pour arriver à ce niveau-là, il faut qu’il y ait un travail de pair qui s’opère. Que la presse sportive mainstream médiatise ce sport, ce qui a été fait pour la première fois cette année avec une saison en clair sur La chaîne L’Équipe, et qu’on ait un ou plusieurs ambassadeurs dans la Ligue. L’idéal serait d’avoir une superstar française, pour que les médias sportifs ne soient pas les seuls à en parler.

Grégory Ascher | La NBA, c’est les Jeux olympiques, Jordan en 1992, Tony Parker… Le basket est joué partout dans le monde et c'est un sport compris par tous. Autant d’arguments qui sont des obstacles pour le football américain. Mais il y a une vraie demande du public pour mieux connaître et comprendre ce sport. Je suis sûr que ça va permettre d’élargir la base de fans. Pour que ça arrive, il faut trois conditions. D’abord une diffusion en clair sur la plus grosse chaîne de sport gratuite : on l’a fait. Ensuite, notre travail est de faire aimer ce sport au plus grand nombre. Et enfin, il faudra à un moment qu’un Français performe en NFL, une sorte de Tony Parker du football américain. J’espère à terme que ce sera Anthony, mais si ce n’est pas lui, ce sera un autre car il y a beaucoup de Français en université et l’un d’eux finira forcément par être drafté et à se faire sa place au soleil.

Anthony Mahoungou | Quand j’étais aux États-Unis, ce n’était pas vraiment médiatisé. On parlait de football américain uniquement quand je faisais des belles choses à la fac et quand j’ai signé à Philadelphie. Si j’arrive à revenir en NFL et que d’autres Français signent, on va avoir un boost. Mais on est sur une bonne lancée, c’est important d’apprécier chaque petite victoire.

C’est l’heure de se mouiller un peu : quel est votre pronostic pour ce match ?

Grégory Ascher | Pour le storytelling et l’histoire du Super Bowl, je dirais Tom Brady. Je ne sais pas si on se rend compte du délire autour de lui, mais aux États-Unis, dans les shows sportifs américains, on ne parle que de Brady ou de Jordan pour le titre de plus grand sportif de l’histoire – Tiger Woods et Mohamed Ali ne sont même plus dans le débat. Donc pour l’histoire du moment, je dirais Tom Brady et les Tampa Bay Buccaneers.

Mais d’un strict point de vue sportif, Patrick Mahomes est le meilleur joueur actuel. Et les Chiefs sont plus complets. Ils sont capables de faire mal à n’importe qui et de marquer un touchdown de plus que l’adversaire. Si tu me confiais un billet de 20 euros, je les mettrais sur Kansas City.

Anthony Mahoungou | L’escouade défensive des Buccaneers leur a permis d’accéder au Super Bowl. Contre les Saints, ils ont gagné grâce à leur défense. Contre les Packers, Brady a fait une bonne première période, mais en seconde mi-temps il a été moins performant et c’est encore la défense des Buccaneers qui a stoppé de manière létale Aaron Rodgers [le quarterback des Packers, ndlr]. Cela étant dit, l’attaque des Chiefs est la plus belle de la Ligue. Certes les Packers avaient l’attaque numéro 1 en NFL, mais c’est uniquement d’un point de vue statistique. En termes de philosophie de jeu, de fantaisie, de finalité, d’originalité et d’efficacité, l’attaque de Kansas City est un régal à voir jouer. Je pense qu’à l’usure, elle gagne face à la défense des Bucs. Et ça me ferait plaisir parce qu’on pourrait parler d’une nouvelle dynastie.

À voir aussi sur sports :