AccueilCulture sport

On a classé (objectivement) les pires coupes de cheveux des sportifs

Publié le

par Axel Savoye

© Twitter

Parfois mieux vaut être chauve.

#10. La perruque d’Andre Agassi

Le mulet le plus célèbre de la terre battue n’était en fait qu’une perruque, avait révélé le tennisman dans son autobiographie. Obnubilé par son look, Andre Agassi avait adopté cette crinière pour cacher sa calvitie naissante. Mais la faute à pas de chance, sa perruque se fait la malle la veille de la finale de Roland-Garros en 1990 et il se voit obligé de la faire tenir avec des pinces. Plus soucieux de son apparence devant les caméras que de la consécration, Agassi limite ses mouvements durant le match, perd la finale mais garde au moins sa moumoute. Tout ça pour vous dire que ce genre de mulet ne passerait pas aujourd’hui.

#9. La coupe spaghetti de Neymar

Si de nombreux footballeurs s’étaient déjà essayés à la teinture blonde, c’est sur la tête de l’attaquant du PSG que le résultat reste le plus… mémorable. Neymar était apparu à la Coupe du monde 2018 avec ni plus ni moins qu'un plat de vermicelles à la place des cheveux. On imaginerait presque une mamma italienne arroser généreusement le tout avec de la sauce tomate et du parmesan. Le look a tellement suscité le buzz et les détournements sur les réseaux sociaux que le footballeur a fini par se raser les cheveux quelques jours après. Sage décision, c’est mal de jouer avec la nourriture.

#8. La coupe palmier de Goran Ivanišević

Décidément, le tennis des années 1990 fut une ère sombre dans l’histoire capillaire. C’est cette fois le tennisman yougoslave Goran Ivanišević qui arborait un majestueux palmier en 1996. Ça devait être sacrément déstabilisant pour ses adversaires qui voyaient cette touffe de poils se balancer de droite à gauche. On peut excuser Ivanišević en se disant que c’était la mode à l’époque, comme la coupe en brosse, le mulet, la queue-de-rat ou la frange rideau chez les hommes… Mais revoir ce genre d’extravagance aujourd’hui arrive tout de même à nous faire remonter un traumatisme enfoui. Les années 1990 peuvent être aussi fascinantes qu’effrayantes.

#7. Le camouflage de calvitie de Gervinho

Le pire avec une calvitie, c’est d’essayer de la cacher plutôt que de l’assumer, car cela peut donner des résultats insolites comme pour Gervinho. N’ayant plus un cheveu à l’avant de la tête, le footballeur ivoirien compense avec ceux qui lui restent à l’arrière qu’il fait pousser en longues tresses et qu’il ramène à l’avant à l’aide d’un bandeau. Sur le papier, c’est astucieux, mais en ce qui concerne la pratique, ce n’est pas vraiment ça. L’excuse "Je ne suis pas chauve, j’ai juste un grand front" ne passe pas. Comme le lui a déjà exhorté Ian Wright, un des meilleurs buteurs d’Arsenal : "Rase-moi ça pour l’amour de dieu !"

#6. Le damier d’Ivan Perišić

Des supporters qui se teignent les cheveux aux couleurs de leur pays, ça se voit régulièrement et il en ressort parfois de belles coiffures, idéales pour attirer les caméras à soi. Mais il faudrait de préférence que le drapeau de votre pays ne soit pas aussi chargé que celui de l’Afrique du Sud, des États-Unis ou de la Croatie. Dommage pour Ivan Perišić qui a dévoilé une coiffure très patriotique lors de l’Euro 2016 : un damier rouge et blanc sur le pourtour du crâne. On est quasiment certain que ses coéquipiers ont essayé de jouer aux dames dessus dans les vestiaires.

#5. La tonsure de Tim Tebow

Yeah, just give me a monk haircut, but don't touch my beard from r/Justfuckmyshitup

Avant de devenir quarterback, frère Tim Tebow devait être moine cistercien dans une abbaye reculée du Colorado. C’est du moins ce que nous laisse penser cette affreuse tonsure. Mais pourquoi s’infliger ça ? Ce qui pourrait être une tentative de relancer une mode disparue est en réalité un bizutage que l’équipe des Broncos de Denver a réservé à son nouveau joueur. La tradition a depuis changé et ce n’est plus une tonsure qui est de mise pour les nouveaux arrivants, mais une coupe à la forme de rat, comme en témoigne plus tard Connor McGovern qui en a aussi fait les frais.

#4. La coupe étrange de Ronaldo

Lors de la Coupe du monde de 2002, "Il Fenomeno" avait marqué les esprits avec une coupe de cheveux tout aussi phénoménale. Le crâne était rasé presque entièrement, seule subsistait une touffe de poil à l’avant de la tête. Coiffeur pressé ou étrange lubie ? Ronaldo s’est depuis expliqué sur ce choix capillaire : il avait adopté cette coupe pour détourner l’attention des journalistes de ses blessures récentes qui lui ont valu quelques critiques. Il n’empêche qu’il a dû s’excuser auprès de toutes les mères pour avoir inspiré à leurs enfants ce look qui restera gravé dans les mémoires.

#3. La coupe horrible de Giovanni Simeone

Allez savoir, le fils du talentueux Diego Simeone a peut-être voulu qu’on se souvienne de lui non pas comme le fils d’un des meilleurs milieux défensifs au monde mais comme le footballeur à la coupe horrible. On peut affirmer qu’il n’a pas raté son coup avec cette tonsure surmontée d’une couette. Mais aucune folie passagère de sa part là non plus, cette coiffure atypique est aussi le résultat d’un bizutage initié par ses coéquipiers du club de River Plate. C’est papa qui a dû être content !

#2. Les couettes fluo de Taribo West

Un peu dans le même délire que le damier d’Ivan Perišić. Le footballeur nigérian Taribo West rend hommage aux couleurs de son pays avec ce somptueux vert fluo et ce blanc qui ressortent bien avec son maillot. Mais la coloration n’est pas le problème ici. Le problème, ce sont ces deux couettes qui surmontent un crâne rasé, dignes d’Ariana Grande ou de Bulle des Supers Nanas. Taribo West est aujourd’hui à la retraite et il est certain qu’on se souviendra de lui d’abord pour ses folies capillaires. Pour l’anecdote, les coupes de cheveux de Taribo West lui ont valu le surnom de "Tahiti Bob".

#1. La crête jaune canari de Dennis Rodman

Malheureusement pour Dennis Rodman, la presse retiendra moins ses performances qui ont fait de lui l’un des meilleurs défenseurs de l’histoire de la NBA que ses coiffures extravagantes et son amitié avec Kim Jong-un. Extraverti et souvent à la limite de l’absurde, Dennis Rodman savait attirer l’attention et se teignait quotidiennement les cheveux pour se démarquer de la masse avant tout. Ces excentricités cosmétiques doublées d’une vie tumultueuse jalonnée de rencontres et de bagarres ont fait du rebondeur l’un des sportifs les plus controversés de l’histoire, mais servaient sans doute à cacher un mal-être beaucoup plus profond.

Il n’est pas certain qu’on revoit un sportif avec un style un jour. Big up pour la crête jaune canari au passage. Un jour peut-être on découvrira que ça améliorait l’aérodynamique pour les dunks et on fera breveter cette invention merveilleuse.

À voir aussi sur sports :