AccueilCulture sport

"Le public a la mémoire courte" : entretien avec Moussa de Koh-Lanta

Publié le

par Abdallah Soidri

PH LE ROUX/ALP/TF1

"Je suis frustré de ne pas avoir atteint les poteaux."

Dès sa première participation à Koh-Lanta, en 2003, Moussa s’est imposé comme une personnalité marquante du jeu. Pour sa 3e édition, le champion du monde de boxe débarquait avec un statut de héros inédit, partagé avec Claude, Teheiura, Jessica et Sara, face à des candidats novices. Il a excellé dans ce rôle de "grand frère" qui lui a permis d’aller jusqu’à l’épreuve d’orientation. Hélas, une erreur de boussole et une Naoil déterminée l’ont empêché d’aller jusqu’aux poteaux. Entretien.

Konbini sports | C’était ta troisième aventure Koh-Lanta, quel bilan tu en tires ?

Moussa | Sur les trois saisons que j’ai pu faire, celle-ci est l’une de mes préférées. En premier dans mon classement, je mets mon aventure en 2003 et juste après, celle de cette année. Le petit regret que j’ai, c’est de ne pas avoir gagné d’épreuves après la réunification. Bien évidemment, j’ai contribué à ce qu’on arrive, nous les jaunes, en majorité à la réunification, mais j’aurais aimé remporter une épreuve.

Qu’est-ce que ça change de débarquer avec le statut de héros ?

Il y a une forme de reconnaissance et de fierté d’arriver avec ce statut, pour apporter son expérience aux nouveaux aventuriers. Je me souviens qu’en 2003, on était seuls au monde, on apprenait la survie et j’étais un gamin. En 2012, j’ai commencé à apprendre la survie et aujourd’hui, à 38 ans, je pense être un aventurier aguerri.

Avant de participer à cette 3e saison, tu savais que tu aurais ce statut ?

Je ne le savais pas du tout, la production a gardé le secret jusqu’au bout sur le contenu de l’aventure. Mais si on m’avait dit avant le début du jeu que j’allais rejoindre une nouvelle équipe, je ne pense pas que j’aurais accepté. Au final, le fait de ne rien savoir et de découvrir qu’on fait partie d’une équipe de héros, puis qu’on va intégrer une équipe de jeunes aventuriers, ça m’a permis de rentrer dans mon rôle de grand frère. Je me suis rendu compte que je leur enlevais un bout de leur aventure, parce que j’en avais déjà vécu deux et je leur avais promis que je les enverrais le plus loin possible.

"Soit j’agissais, soit je me faisais éliminer"

Tu n’as pas été inquiété sur toute l’aventure et tu perds sur l’épreuve d’orientation, aux portes des poteaux et de la finale. Qu’est-ce qu’on ressent à ce moment-là ?

Je suis frustré de ne pas avoir atteint les poteaux, mais je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. J’aurais dû être beaucoup plus concentré sur cette épreuve d’orientation. Je souhaite à Naoil, Claude et Inès d’aller le plus loin possible et malgré la frustration, je suis tout de même fier et content d’être arrivé jusque-là.

Mais tu ne t’étais pas entraîné avant ?

Je vis en ville, donc je ne m’entraîne pas beaucoup avec une boussole, à part sur Maps et Waze. Même si vous savez utiliser une boussole, entre le démarrage de l’épreuve, la montée de stress, la perte de lucidité, la chaleur et la perte de poids, je vous promets que c’est compliqué. Il faut savoir une chose : quand je me suis perdu avec la boussole, j’ai vite retrouvé mon chemin, car il y avait un ravin en face. Au final, c’était plus une question de timing qu’autre chose. On sait très bien que le temps est le plus grand facteur dans cette épreuve et il a joué en ma défaveur, car Naoil a trouvé la dague avant moi.

Après la réunification on aurait pu penser que les héros allaient s’allier pour aller le plus loin possible, mais il en a été tout autre. Comme tu l’expliques ?

Après la réunification, j’espérais aussi faire une alliance avec les héros, mais on ne m’a rien proposé. Quand Teheiura a eu son collier d’immunité, il ne m’a pas consulté pour donner ses intentions de vote. De surcroît, j’ai appris qu’une stratégie avait été mise en place pour éliminer tous les jaunes, dont moi. Aujourd’hui encore, je ne sais pas si cette histoire de liste faisait partie de la stratégie de Régis ou non, mais vu les conditions dans lesquelles on était, j’ai tout de suite pris position. Soit j’agissais, soit je me faisais éliminer.

Au final tu as bien fait de rester fidèle aux ex-jaunes et on peut dire que tu es tombé dans la bonne équipe, car sur les 5 candidats à l’orientation, 4 étaient issus de la tribu jaune.

C’était une évidence. Les jaunes m’ont accueilli et impliqué très facilement. C’est sûr que si j’étais tombé dans l’équipe rouge, avec un Ahmad stratège et anti-héros, j’aurais mis en place une stratégie… pour lui apprendre à nager, par exemple. Je n’ai pas eu besoin d’agir de la sorte chez les jaunes. Les affinités se sont faites naturellement. J’ai été un grand frère, tant sur le camp que lors des épreuves. Ça a fonctionné, car on était soudés du début à la fin.

Voir cette publication sur Instagram

Merci à tous pour vos messages de soutien kohlanta c vraiment la foliemachine un jour machine à jamais.... Ne lâchez jamais rienvivez vos rêves au lieu de rêver vos vies. Koh-Lanta une aventure et des rencontres extraordinaire à vivre au moins une fois dans une vie ! merci au equipes de chez @alp_fr - @aljofficiel Aka la boss - Le grand @denisbrogniart_off qui après 18 ans n'a pas pris une ride - @stephy.clemente la tata de tous les aventuriers que je porte dans mon coeur- @julienmagne75 le producteur pour qui j'ai vraiment un grand respect et a toutes les équipes techniques qui font un travail formidable plein de projets en cours a partager avec vous oui toi la machine à très vite < haaaaaaaa maaaachiiine > #moussakohlanta #tiktokfrance # #tousAventuriers #tf1kohlanta #kohlanta2020 #stephanieclement #julienmagne #denisbrogniart #claude_kohlanta #naoilkohlanta #ineskohlanta #teheiurakohlanta #jessicakohlanta #sarakohlanta #moussakohlanta #tiktokfrance # #tousAventuriers #tf1kohlanta #kohlanta2020 #stephanieclement #julienmagne #denisbrogniart #claude_kohlanta #naoilkohlanta #ineskohlanta #teheiurakohlanta #jessicakohlanta #sarakohlanta

Une publication partagée par moussa niang (@moussaniang_off) le

Quels ont été les moments les plus marquants pour toi ?

D’abord, quand on s’affronte entre héros et que je remporte la première épreuve avec Teheiura. Le deuxième grand moment, c’est la réunion des ambassadeurs. Ça aurait pu changer totalement l’aventure, mais je pense avoir fait mon travail correctement en tant que représentant des jaunes. Pour finir, je dirais l’aventure dans sa globalité, malgré ce regret de ne pas avoir remporté d’épreuves après la réunification. Claude est très fort, mais il n’est pas imbattable.

Sur les réseaux, on t’a pas mal reproché de ne pas avoir gagné d’épreuves. Comment tu as vécu ces critiques ?

Le public a la mémoire courte. Au début de l’aventure, si je n’avais pas mis la machine en route sur les épreuves de force en équipe, ça aurait été très compliqué pour les jaunes. Oui, c’est vrai, je n’ai pas gagné d’épreuves après la réunification. Je n’ai rien lâché et j’avais espoir, mais il y avait tout simplement meilleur que moi. Ce n’est pas parce qu’on a été deux fois champion du monde qu’on va tout remporter sur Koh-Lanta. Les épreuves sont tellement diverses et variées que même un non-sportif peut s’imposer. Cette année, je n’ai pas été au rendez-vous, mais sur les précédentes saisons, j’ai été au rendez-vous.

Tu es toujours pote avec Moundir ? Vous avez quel type de relation ?

On a vécu une aventure extraordinaire et aujourd’hui, on est toujours en contact. On ne se voit pas beaucoup, mais quand c’est le cas ou qu’on s’appelle, c’est toujours intense, comme si on s’était parlé la veille au téléphone. C’est ce qui fait la force d’une amitié solide. Je n’oublierai jamais l’aventure qu’on a vécue en 2003.

"J’ai de bonnes relations avec presque tout le monde"

Parmi les candidats de cette année, il y en a avec qui tu as gardé de bonnes relations ?

J’ai de bonnes relations avec presque tout le monde. On a un groupe WhatsApp et comme dans une grande famille, on se dispute, on rigole, on se charrie et on se remémore tout plein de souvenirs de notre aventure.

Tu as deux fils, est-ce que tu leur montreras tes exploits quand ils seront plus grands ?

Ce serait une fierté de leur raconter mon histoire sur Koh-Lanta, les trois aventures exceptionnelles que j’ai vécues. J’espère qu’ils seront fiers de moi et qu’un jour, peut-être, ils pourront y participer et enfin venger papa : récupérer tous les totems et remporter l’ultime victoire.

Koh-Lanta, c’est vraiment fini pour toi ?

Après chaque aventure, il faut prendre du recul. À l’instant T, Koh-Lanta, c’est fini, mais c’est comme dans la série Lost : on est toujours attiré par une sorte d’aimant et même si notre conscience nous dit de ne pas y retourner, à chaque fois qu’on nous propose de revenir, on a l’impression de devoir retourner à la maison pour terminer le boulot.

À voir aussi sur sports :