En pleine polémique Özil, le club de Cologne retire son projet d'école en Chine

Pour l'un des membres de la direction, c'est une excellente nouvelle.

La situation politique en Chine semble concerner de plus en plus d'acteurs dans le milieu du ballon rond. Après le commentaire de Mesut Özil sur le traitement des Ouïghours par le gouvernement chinois, le club de Cologne en Allemagne a à son tour retiré son projet d'école dans l'Empire du milieu. Il l'a fait savoir ce mercredi par l'intermédiaire de son président, Werner Wolf, au quotidien local Kölner Stadt-Anzeiger. Officiellement car "la situation sportive actuelle" ne le permettait pas.

Publicité

Alors que le projet était dans les tuyaux depuis l'été dernier et devait rapporter 1,8 million d'euros au club de la Ruhr, ce dernier a donc fait machine arrière. Pour Stefan Müller-Römer, à la tête du conseil des adhérents du club, le fait que ce deal ne se soit pas réalisé est une excellente nouvelle. Selon lui, le climat politique et social dans le plus grand pays d'Asie sont des éléments non-négligeables, comme il l'explique à la presse :

"En Chine, les droits de l'homme sont massivement bafoués. Une surveillance d'état a été mise en place, pire que ce qu'Orwell aurait pu imaginer. C'est pourquoi je suis d'avis que le FC Cologne ne devrait pas être actif dans le pays. Faire de l'argent à tout prix n'est pas une option pour moi. (...) En tant qu'organisation à but non-lucratif, socialement impliquée, nous ne pouvons soutenir une telle dictature, brutale et totalitaire."

Avec cette décision, le club allemand se positionne à l'exact opposé d'Arsenal. Les Gunners s'étaient désolidarisés des propos de leur meneur de jeu, notamment à cause des nombreux intérêts économiques des Londoniens en Chine.

Publicité

Par Abdallah Soidri, publié le 20/12/2019