AccueilCulture sport

Des rappeurs, du foot et des tweets, épisode 6

Publié le

par Roch Serpagli

Comme toi, le rappeur est souvent un dingue de foot et profite de son influence sur les réseaux sociaux pour chambrer, flamber, s’attrister ou tout simplement commenter son sport préféré. Retour sur l’actualité de novembre à travers les yeux (et les tweets) de membres imminents du rap game.

Le mois de novembre a commencé en fanfare avec le déplacement du PSG (et de Maître Gims) au Santiago Bernabeu pour y affronter le Real. Malgré une grosse prestation du PSG et des poteaux touchés deux fois, c’est le Real Madrid qui s’impose 1-0, suite à une sortie mal assurée de Kevin Trapp. Malgré ça les Parisiens peuvent être fiers de la prestation de leur équipe.

La victoire madrilène ne revient pas à CR7, décidément en difficulté en ce début de saison et encore transparent face à Paris.

Si l’enquête de RED-K sur Cristiano n’a toujours pas abouti, celle concernant la boulette de Trapp semble résolue.

Maison Blanche toujours, l’équipe de Bénitez a frôlé la Manita à domicile contre le Barça (0-4). Les Blaugranas se sont même permis de laisser Messi sur le banc, laissant le trio Suarez-Neymar-Iniesta nous régaler. Du coup Gradur profite de la situation pour essayer de placer son poto Eden dans la liste des Galactiques de demain. Qui ne tente rien n’a rien.

Pendant ce temps-là le Bayern n’a peut-être pas le meilleur trio d’attaque de toute l’histoire mais un collectif qui met mal à l’aise - même les plus solides de nos rappeurs :

Pendant ce temps, le Vélodrome rend hommage à Sya Styles, DJ des Psy4 de la rime, décédé le 26 octobre dernier.

Vélodrome toujours, où le joueur le plus en vue des dernières semaines se prénomme Georges-Kévin. Pourquoi pas ?

Les résultats en dent de scie de l’OM, combinés à ceux aussi irréguliers de Liverpool ont des conséquences inattendues, surtout dans le voisinage de Youssoupha.

Si vous croisez le rappeur, ne vous inquiétez pas, la probabilité que ses deux clubs de cœur gagnent dans le même week-end une nouvelle fois est faible. Faible comme Mapou Yanga-M’Biwa qui vit un automne catastrophique au cœur de l’arrière-garde lyonnaise.

Heureusement pour le jeune Lyonnais, parfois ses collègues défenseurs de L1 prennent le relais pour se faire maltraiter sur les réseaux sociaux.

À voir aussi sur sports :