Confiné chez lui, il y recrée des épreuves des JO : forcément, ça tourne mal

Notre coup de cœur du confinement sur Insta.

Pendant ce confinement, même si on travaille dur de chez soi, on traîne forcément un peu plus sur Insta. Et au détour d’une story, nous avons découvert les vidéos d’Arnaud, complètement absurdes. Bloqué chez lui, ce passionné de sports a décidé de faire ses propres JO pour combler l’ennui, et ça donne des sketchs zinzins comme on aime. "EH MEEEEERDE". Forcément, on a voulu en savoir plus. Entretien.

Publicité

Konbini Sports⎮Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Arnaud, je suis originaire de Toulon mais je vis en région parisienne depuis plusieurs années. Je suis un grand fan de sport, et particulièrement de rugby que je pratique toujours en amateur au SCUF à Paris. J’ai la chance de pouvoir travailler dans ma passion puisque je m’occupe de la ligne éditoriale et des réseaux sociaux de la Ligue Nationale de Rugby.

Comment ça t’est venu, cette idée de refaire des JO chez toi ?

Publicité

Grâce à tous ces sportifs qui sont apparus sur les réseaux sociaux à cause du confinement. C’est parti d’une blague : je faisais le ménage avec mon aspirateur robot et mon balai, et je me suis filmé en train de faire du curling. Ça a fait marrer mes potes et quelques personnes sur Twitter et Instagram, du coup j’ai fait du javelot et du saut en hauteur avec les moyens du bord. Puis j’ai décidé d’en faire une "série" avec pour but de faire de la prévention, en rappelant aux gens de rester chez eux pour limiter la propagation du coronavirus et de faire sourire en cette période compliquée.

Pour quelle vidéo la mise en scène a été la plus compliquée ?

Publicité

Assurément le biathlon. Plusieurs angles de caméra, du matos de qualité, un peu de montage, des effets sonores et l’ajout de la voix d’Anne-Sophie Bernadi qui commente ce sport sur La chaîne L’Equipe et qui a eu la gentillesse de participer à mes conneries.

Fais-tu tout cela tout seul ou es-tu aidé ?

100 % fait maison ! J’utilise mes faibles compétences en montage vidéo pour cela. Ce qui colle avec l’esprit global qui est d’essayer d’être le plus absurde possible. Et j’ai une amie, Laura, qui me donne un petit coup de main en "validant" mes vidéos, une sorte de crash test. Je pense que la phrase qui résume le mieux l’esprit du truc c’est "J’ai fait du saut à la perche avec une béquille par-dessus une planche à repasser". Digne d’un Kamoulox.

Publicité

Quels sports te reste-t-il à faire ?

Il en reste encore pas mal comme le cyclisme, le basket-ball, le rugby, le tennis etc. Le plus dur n’étant pas de trouver le sport, mais l’idée absurde qui va bien. D’ailleurs, j’adorerais faire un apéro tennis avec Benoit Paire !

Quelle a été ton épreuve préférée ?

Dur de choisir, mais ce serait l’escrime, puisque c’est celle-là qui m’a permis de passer au JT de 20 h de TF1 et qui est absolument absurde avec une passoire en guise de masque. J’ai aussi un petit penchant pour le saut à la perche (avec les félicitations de Renaud Lavillenie) et l’équitation où j’ai pu sortir mon déguisement préféré de dinosaure.

Y a-t-il un sport que tu n’as pas pu faire ?

J’ai fait un peu de JO d’hiver et le ski n’est pas simple à mettre en scène. Je n’ai pas de ski et mon appartement n’est pas en pente. Les sports de combat aussi comme la boxe, la lutte et le judo (j’ai jeté mon peignoir, c’est une grande tristesse) : seul, c’est plus dur.

Es-tu prêt pour Tokyo 2021 ?

Le report en 2021 me laisse le temps de devenir encore plus mauvais dans chaque épreuve, donc c’est un objectif raisonnable que de penser à une médaille !

Par Lucie Bacon, publié le 10/04/2020