Comment sont calculées les cotes des paris que vous faites à chaque match ?

Des hommes et des maths.

Avant d’affronter le Borussia Dortmund en 8e de finale retour de Ligue des champions, le PSG a la faveur des pronostics. On n’invente rien, ce sont les cotes des opérateurs de paris sportifs qui l’affirment : le club de la capitale part favori pour battre sur sa pelouse son bourreau allemand d’il y a 3 semaines, avec une cote inférieure à 2 pour la victoire des Parisiens.

Derrière ce chiffre, qui peut sembler un brin arbitraire, se cache en réalité tout un processus mathématique et humain qui permet de le déterminer. L’opérateur français Winamax nous a ouvert ses portes ce mardi, avant les rencontres de Ligue des champions, pour une masterclass sur les paris sportifs. Au programme : un petit cours magistral assuré par deux traders, sur les 20 que compte l’entreprise, pour comprendre comment les cotes sont établies.

Publicité

(© Konbini sports)

Des hommes et des maths

Pour déterminer une cote, nos professeurs d’un soir nous apprennent qu’ils se basent sur des critères sportifs (dernières confrontations, forme des deux équipes et des joueurs…), puis ils épluchent la presse à la recherche d’informations susceptibles d’influer sur la rencontre, avant de faire entrer les maths en jeu et, dans le cas de Winamax, de regarder ce que fait la concurrence "pour avoir les meilleures cotes"

Une fois tous ces paramètres pris en compte, les traders établissent un pourcentage de chance pour déterminer ensuite la cote. Dans le cas du PSG face à Dortmund, ils évaluaient ce mardi soir les chances parisiennes de gagner à 55 %, le nul à 22 % et la victoire allemande à 23 %. Une fois ces pourcentages trouvés, les mathématiques font leur entrée. La future cote proposée aux parieurs se trouve en calculant le rapport : 1/pourcentage. Une simple division qui tord le cou aux rumeurs selon lesquelles la cote se fait en fonction des enjeux.

Publicité

(© Konbini sports)

Quand un être vous manque

Mais ces nombres ne sont pas figés dans le temps, comme nous l’explique l’un des traders : "L’annonce du huis clos pour le match du PSG a fait baisser de 60 à 55 % son pourcentage de chance de gagner." L’absence d’un joueur peut aussi avoir des conséquences terribles sur la cote de son équipe. La blessure de Neymar durant le mondial 2014 avait eu "un impact énorme sur [celle] du Brésil", nous raconte l’un des cofondateurs de Winamax. Un fait d’autant plus vérifiable en NBA, où "l’absence de 1 joueur sur 5 se voit plus que 1 joueur sur 11", enchaîne un trader.

Et là où les chiffres évoluent le plus, c’est en direct. Là, c’est un algorithme configuré en amont qui prend le relais, mais l’intervention humaine n’est jamais très loin, en fonction des événements. Sur certains paris, les traders "interviennent souvent à la main pour être le plus juste possible. Pour les autres, ça se fait automatiquement grâce à des modèles mathématiques", nous raconte l’un d’eux. Une automatisation nécessaire pour un site qui propose 56 sports et 70 000 matchs par an.

Publicité

Par Abdallah Soidri, publié le 11/03/2020