AccueilCulture sport

Avant le GP de Hongrie, Lewis Hamilton se positionne contre la loi anti-LGBT+

Publié le

par Konbini Sports

Une nouvelle prise de position remarquée du pilote britannique.

Lewis Hamilton est un militant de toutes les causes. Le champion du monde de Formule 1 l'a encore prouvé ce jeudi : il a jugé "inacceptable, lâche et dévoyée" la loi anti-LGBT+ adoptée par le pouvoir hongrois alors qu'il s'apprête à disputer ce weekend le Grand Prix de Hongrie. Le septuple champion du monde britannique a indiqué dans un message sur Instagram "qu'avant le Grand Prix ce weekend, [il veut] faire part de [s]on soutien à tous ceux qui sont affectés par la loi gouvernementale anti-LGBT+."

"Il est inacceptable, lâche et dévoyé pour les personnes exerçant le pouvoir de proposer une telle loi", a poursuivi le pilote Mercedes, militant de longue date contre les discriminations. Chacun mérite d'avoir la liberté de décider d'être soi-même, quels que soit ceux qu'ils aiment et comment ils choisissent de s'identifier". "Je presse le peuple hongrois de voter lors du référendum à venir pour protéger les droits de la communauté LBGT+ qui a besoin de notre soutien plus que jamais", ajoute Hamilton en concluant "l'amour triomphera toujours".

"C'est embarrassant pour un pays de l'Union européenne de faire passer une loi de ce genre", a estimé à son tour le pilote allemand Sebastian Vettel (Aston Martin) en conférence de presse. "Nous avons eu tellement d'occasions d'apprendre par le passé, je ne vois pas comment on peut encore ne pas comprendre que chacun devrait être libre de faire ce qu'il veut et d'aimer qui il veut", a poursuivi le quadruple champion du monde de F1.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a annoncé la tenue d'un référendum sur cette loi, combattue par la Commission européenne qui a déclenché une procédure d'infraction pour tenter de la faire annuler. Adoptée le 15 juin, la loi visait à l'origine à lutter contre la pédocriminalité mais interdit notamment l'évocation de l'homosexualité et du changement de sexe auprès des mineurs.

Konbini Sports avec AFP.

À voir aussi sur sports :