AccueilCompétition

La non-sélection de la perchiste Ninon Guillon-Romarin aux JO fait débat

Publié le

par Konbini Sports

Ninon Guillon-Romarin of France competes in the Women’s Pole Vault during day one of the Athletics World Cup London at the London Stadium on July 14, 2018 in London, England. (Photo by Marc Atkins – British Athletics/British Athletics via Getty Images )

Son club dénonce "une décision patriarcale et pleine d'injustice".

La perchiste Ninon Guillon-Romarin, devenue maman en février, n'a pas été sélectionnée pour les Jeux olympiques de Tokyo, "une décision patriarcale et pleine d'injustice" de la part de la Fédération française d'athlétisme (FFA), dénonce lundi son club de Cergy-Pontoise dans un communiqué transmis à l'AFP.

"Le comité de sélection a voulu punir cette athlète pour son choix d'avoir voulu être une mère (...), la FFA reste sur ses décisions patriarcales et pleines d'injustices", écrit l'Entente agglomération Cergy-Pontoise (EACPA), trois jours après l'annonce de la sélection.

La perchiste de 26 ans, 5e des derniers championnats d'Europe en 2018, a donné naissance en février à son premier enfant. Grâce à ses performances de 2019 (4,70 m), elle était la seule Française sélectionnable pour les Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet - 8 août) au saut à la perche.

"Depuis plus d'un an maintenant la fédération, la DTN, l'ANS (Agence nationale du sport), l'agglomération de Cergy Pontoise, le conseil départemental du 95 et le club ont soutenu ce projet de vie. La fédération lui a assuré qu'elle participerait aux Jeux et qu'elle pouvait aller au bout de son projet de devenir mère. Seulement, à deux jours de la sortie de la sélection, Florian Rousseau (le directeur de la performance de la FFA) a appelé Ninon pour lui annoncer qu'il revenait sur sa parole et pour lui briser son rêve et tous les efforts réalisés depuis l'accouchement", ajoute le club.

La recordwoman de France (4,75 m) était revenue à la compétition le 13 juin à Cergy-Pontoise puis le 26 juin aux Championnats de France d'Angers, pour deux concours achevés à 4,05 m, loin du très haut niveau mondial.

"Ils ont dit à Ninon qu'elle pouvait se préparer pour Tokyo, et au dernier moment ils lui ont demandé de sauter aux Championnats de France, donc forcément il manquait quelques semaines de prépa, la prépa étant faite pour Tokyo. Donc Mehdi Baala (directeur de l'équipe de France) et Florian Rousseau ont décidé de na pas la prendre (...) Ils lui ont mise à l'envers", a vertement critiqué Axel Chapelle sur Twitter, compagnon de Guillon-Romarin et lui-même perchiste de haut niveau.

"Conscient de tous les efforts réalisés par l'athlète pour tenter de revenir à son meilleur niveau à l'occasion des Jeux olympiques de Tokyo, le comité de sélection se doit de décider au vu de critères sportifs factuels et assume sa décision au regard de l'état des performances de l'athlète lors des récentes compétitions", a répondu par écrit le comité de sélection de la FFA, sollicité par l'AFP, sans faire mention d'un éventuel accord avec la perchiste.

Interrogée sur ce dossier sur Twitter, Maryse Éwanjé-Épée, ancienne athlète, a quant à elle expliqué : 

"Je ne comprends pas comment elle était qualifiable en n'ayant plus sauté depuis février 2020 et n'ayant pas été finaliste des Mondiaux 2019. Ninon est 23ème Française cette saison. J'aurais du mal à comprendre qu'elle aille aux JO alors que même la n° 1 n'y va pas."

Konbini Sports avec AFP

À voir aussi sur sports :